Cet article date de plus d'un an.

Immeubles effondrés à Marseille : l'incertitude des riverains évacués

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Après l'effondrement d'immeubles à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, 43 immeubles ont été évacués. Leurs habitants ne savent pas quand ils pourront les réintégrer.
Immeubles effondrés à Marseille : l'incertitude des riverains évacués Après l'effondrement d'immeubles à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, 43 immeubles ont été évacués. Leurs habitants ne savent pas quand ils pourront les réintégrer. (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - T.Souman, J.Benzina, A.Ricihier, E.Sizarols, Ch.La Rocca, E.Pirosa
France Télévisions
France 2
Après l'effondrement d'immeubles à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, 43 immeubles ont été évacués. Leurs habitants ne savent pas quand ils pourront les réintégrer.

À Marseille (Bouches-du-Rhône), casque sur la tête, escortée par un pompier, une riveraine de la rue de Tivoli, dans laquelle des immeubles se sont effondrés, a le droit rentrer quelques minutes dans son appartement. De nombreux évacués sont revenus, lundi 10 avril dans l'après-midi, pour récupérer des affaires essentielles. Après le choc de l'effondrement, les habitants du quartier sont dans l'incertitude. Ils ne savent pas combien de temps ils seront éloignés de chez eux.  

Certains bâtiments sont peu touchés  

"La mairie a appelé, elle a dit 'pour un moment' (…) dans l'immeuble, il y a des fissures", confie Houda Abouelnaga, habitante évacuée. Autour du 17 rue de Tivoli, 43 immeubles ont été évacués. Dans ce large périmètre, la plupart des bâtiments n'ont pas subi de gros dégâts. "Il y aura des personnes qui pourront regagner leur logement quand tout le travail de mise en sécurité aura été effectué", indique Yannick Ohanessian, adjoint au maire de Marseille en charge de la sécurité.

Pour les immeubles les plus touchés, à proximité du lieu de l'effondrement, les expertises et les travaux pourraient durer plusieurs semaines ou mois. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.