Cet article date de plus d'un an.

Fraude : attention aux arnaques par de faux conseillers bancaires

Publié
Fraude : attention aux arnaques par de faux conseillers bancaires
Fraude : attention aux arnaques par de faux conseillers bancaires Fraude : attention aux arnaques par de faux conseillers bancaires
Article rédigé par France 2 - C. Rigeade, T. Grosse, E. Martin, Y. Madec, J. Desrousseaux, A. Forveille, A. Husser, P. Patry, J. Messa, G. Beaufils, C-M. Denis, S. Gravelaine
France Télévisions
France 2
Les arnaques sont aujourd'hui presque partout, sous toutes les formes. De faux conseillers bancaires, très organisés, récupèrent les données personnelles de leurs cibles pour faire des achats en ligne.

Un conseiller bancaire vous appelle, et vous alerte d'une fraude sur votre compte. C'est en réalité un escroc à l'autre bout du fil, capable de détourner des milliers d'euros en quelques minutes. En deux heures, un couple a failli perdre tous ses économies. En mai dernier, un homme se présentant comme leur banquier les contacte. Son discours semble très crédible. "Il me donne un certain nombre d'informations, qui sont toutes vraies", confie la victime. En réalité, l'escroc a volé toutes les données personnelles du couple, et souhaite effectuer des achats en ligne en prenant le contrôle de son compte en banque. 

De faux formulaires administratifs

Pour tendre un piège, Il fait croire que les comptes sont visés par des débits frauduleux, et demande aux victimes d'annuler les transactions sur leur application bancaire, "En réalité, je valide les fameux paiements", explique la victime. L'arnaque, sophistiquée, aurait fait plus de 1 000 victimes en 2022. Pour se procurer les données personnelles de leurs cibles, les pirates feraient appel à de faux formulaires administratifs, envoyés par email quelques jours avant de passer à l'acte. Pour ne pas se faire piéger, les autorités conseillent de ne jamais transmettre d'informations confidentielles. Aucun conseiller bancaire ne doit réclamer un code de sécurité par téléphone.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.