Cet article date de plus d'un an.

Document France 2 Iran : plongée au cœur de la révolte populaire à Téhéran

Publié Mis à jour
Iran : au cœur de la révolte d'un pays qui ne veut plus se taire
Iran : au cœur de la révolte d'un pays qui ne veut plus se taire Iran : au cœur de la révolte d'un pays qui ne veut plus se taire
Article rédigé par France 2 - S. Perez, E. Sadeghi, A. Da Silva
France Télévisions
France 2
Témoignant malgré la répression, des jeunes femmes mobilisées racontent leur envie de liberté et l'ampleur du basculement que le régime tente d'enrayer.

C'est un pays où les journalistes occidentaux ne peuvent plus entrer. L'Iran est en proie à un vaste mouvement de contestation, dont France 2 diffuse des images tournées en caméra discrète, mercredi 21 décembre. On y voit notamment de jeunes femmes déambuler cheveux au vent devant le bazar de Téhéran : une image impensable il y a encore quatre mois, qui semble ne plus surprendre les passants. Ce geste de défiance est passible de prison. 

France 2 a notamment rencontré une étudiante d'une université, où les jeunes protestent contre de nombreux interdits, comme la séparation des femmes et des hommes à la cantine. Sur le mur de l'établissement, les visages de manifestants tués ces derniers mois sont affichés. "Elle, je la connaissais", affirme la jeune femme, en montrant une photo.

La nuit, la révolte se fait entendre

Le soutien en faveur de la contestation s'entend la nuit quand, dans l'anonymat, les lumières éteintes, les habitants crient "A bas le dictateur" à leurs fenêtres. Il se voit également à ces commerçants qui baissent le rideau par solidarité, ou à des mots anonymes laissés dans des cafés. Des gestes qui ne sont pas sans risque : Nasreen apprend qu'un établissement de son quartier a été fermé.

La jeune femme, ancienne journaliste, documente sur les réseaux sociaux l'ampleur du mouvement. "Je ne crois pas que ça soit déjà arrivé ailleurs, qu'un peuple se soutienne via les réseaux sociaux comme ça, et publie tout ce qui peut servir la révolte."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.