Cet article date de plus d'un an.

Justice : un an après son ouverture, le pôle "Cold Cases" surchargé

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Justice : un an après son ouverture, le pôle “Cold Case” surchargé
Article rédigé par France 3 - N. Perez, E. Pelletier, C. Morand, E. Delagneau, M. Cazaux, C. Feix, F. Grandon, M. Le Rue, F3 Strasbourg
France Télévisions
France 3
Pour traiter les affaires non élucidées, un pôle chargé de ré-ouvrir ces "Cold Cases" a été ouvert à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, il y a un an. La juridiction gère déjà plus de 70 dossiers.

Anaïs Marcelli a tout juste 10 ans lorsqu’elle disparaît le 14 janvier 1991 alors qu’elle rentre de l’école. Trois mois plus tard, le corps de la fillette est retrouvé le long d’une route à une quarantaine de kilomètres de Mulhouse (Haut-Rhin). Très vite, les enquêteurs suspectent le grand-père de la fillette, car il n’a pas d’alibi et fait des déclarations contradictoires. Placé en garde à vue, il ne sera jamais mis en examen jusqu’à sa mort en décembre 2022. L’affaire reste aujourd’hui un mystère, 32 ans plus tard. Le dossier a été transmis au pôle "Cold Cases" de Nanterre (Hauts-de-Seine), "l’opération de la dernière chance", selon l’avocat de la famille. 

L’espoir ravivé pour les familles de disparus

 

Des enquêteurs spécialisés dans les affaires non élucidées vont donc rouvrir le dossier et reprendre toute l’enquête. "On va s’appuyer sur le regard d’autres personnes", souligne Franck Dannerolle, chef de l'Office central pour la répression des violences aux personnes, qui cite des psycho-criminologues ou encore la police scientifique. Un an après sa création, le pôle "Cold Cases" gère plus de 70 dossiers d’affaires non élucidées. Une juridiction déjà surchargée selon les familles de victimes, mais qui ravive l’espoir de ces proches de centaines de disparus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.