François Ruffin : Ukraine, réformes des retraites, affaire Quatennens...Ce qu'il faut retenir de l'interview du 8h30

écouter (26min)

Réforme des retraites, sanctions contre la Russie, tweets de Jean-Luc Mélenchon sur l'affaire Quatennens... Le député La France insoumise de la Somme a répondu aux questions de franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
François Ruffin, député La France insoumise de la Somme, sur franceinfo mercredi 28 septembre 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le député La France insoumise de la Somme, François Ruffin, était l'invité du 8h30 de franceinfo mercredi 28 septembre. Il a fustigé la "folie" de la réforme des retraites et appelé à dépasser une "fausse contradiction" entre la valeur travail de Fabien Roussel et le droit à la paresse de Sandrine Rousseau. Interrogé sur l"Ukraine, il a aussi réclamé un bilan des sanctions européennes en place. Voici ce qu'il faut retenir de cet entretien.

Référendums d'annexion russe de régions ukrainiennes : "Ces référendums ne seront reconnus par personne et pas par l’ONU"

"Ces référendums ne seront reconnus par personne et pas par l’ONU", a déclaré François Ruffin, alors que le Quai d'Orsay a fait savoir que la France ne reconnaîtra pas le résultat des référendums d'annexion organisés par la Russie dans quatre régions ukrainiennes. Mardi, les autorités russes de Zaporijjia, Kherson, Lougansk et Donetsk ont revendiqué la victoire du "oui" en faveur d'une annexion. "Il n'y pas de reconnaissance de cette annexion par la Russie", insiste le député LFI.

Sur d'éventuelles nouvelles sanctions, François Ruffin se dit "mesuré". "L'appui militaire au peuple ukrainien a vraiment fonctionné, permis d'endiguer l'armée russe de façon presque inespérée" , souligne l'insoumis qui souhaiterait "un bilan des sanctions sur l’énergie", même s'il y était favorable. Pour lui, l'effondrement économique russe annoncé "n'a pas eu lieu". "On doit se demander si ça fait plus de mal aux Russes ou à l'Europe." "Si ce sont des mesures efficaces, je suis d’accord pour qu’on les maintienne, mais il faudrait avoir un bilan", conclut le député de la Somme.

Réforme des retraites : "Ce que s'apprête à faire le président de la République est une folie"

François Ruffin estime que le passage en forme de la réforme des retraites que s'apprête à faire Emmanuel Macron est "une folie". Le député de la Somme dénonce "la contrainte" et affirme que, pour lui, "il ne faut pas la faire cette réforme".

L'élu LFI estime que le timing n'est pas bon, après la crise sanitaire, alors que les Français se demandent comment ils vont se chauffer cet hiver, qu'Emmanuel Macron a "été réélu sans élan, sans enthousiasme" et qu'il a "une majorité de raccroc". Il dénonce les "mensonges" et les "justifications successives" du gouvernement pour imposer une réforme qui "n'a aucune utilité" et qui "installe du ressentiment dans le coeur des gens".

"Valeur travail" : "On a organisé depuis 40 ans la maltraitance du travail"

"On a organisé depuis 40 ans la maltraitance du travail", assure François Ruffin, revenant sur la "valeur travail" défendue par le patron du Parti communiste français Fabien Roussel. "La cause du malheur du travail aujourd'hui ce ne sont pas les gens qui sont au RSA, c'est 40 ans de mondialisation."

"Ceux qui parlent de ‘valeur travail’ tous les jours, qui la célèbrent, ce sont ceux qui broient le travail et l'écrasent, qui mettent en place des sous-statuts."

François Ruffin

à franceinfo

François Ruffin veut "relever le filet de Sécurité sociale et l’élargir. La jeunesse n’est pas couverte par un filet de Sécurité sociale. Il faut l'élargir dans la mesure où elle est en formation et où elle s'apprête à avoir un emploi. Il faut un revenu pour les jeunes. Ce n'est pas la solidarité familiale qui fait tout. Les Français doivent vivre de leur travail."

Violences sexuelles dans les partis : François Ruffin plaide pour "une charte nationale uniforme"

"Il faudrait une charte nationale uniforme qui permette de se dire voilà comment on va avancer en interne" après la révélation de violences sexuelles au sein des partis politiques, a proposé le député de la Somme. "Dans les partis, on ne doit pas attendre que la justice ait fait son travail, en deux ou trois ans, pour mettre en place une sanction, pour séparer l'agresseur et l'agressée", défend-il. Une idée qui fait écho à ce que proposait la veille la sénatrice socialiste Laurence Rossignol. Néanmoins, le député insoumis estime qu'il "va falloir" que cette justice interne "gradue, entende les gens et accepte qu'il y ait de la nuance dans tout ça".

François Ruffin répond ainsi au ministre de la Justice. Eric Dupond-Moretti, qui a dénoncé mardi "la justice de droit privé qui n'a strictement aucun sens" après les mises en retrait d'Adrien Quatennens, ex-coordinateur de La France insoumise, et de Julien Bayou, secrétaire national démissionnaire d'Europe Ecologie les Verts. Le premier a reconnu des violences physiques envers son épouse, le deuxième est accusé de violences psychologiques par une ex-compagne. Les deux sont toujours députés de leurs partis respectifs.

Jean-Luc Mélenchon "a confondu l'amitié avec la réaction politique" sur l'affaire Quatennens

Dans un premier tweet, après la mise en retrait d'Adrien Quatennens, Jean-Luc Mélenchon avait salué la "dignité" et le "courage" du député du Nord, qui a reconnu des violences sur son ex-compagne. Sérieusement critiqué, notamment à gauche, il avait ensuite publié un deuxième tweet dans lequel il condamne les violences conjugales et apporte son soutien aux victimes.

"Jean-Luc Mélenchon a confondu deux registres, analyse François Ruffin. Il a confondu un registre de l'amitié qui est un registre de l'ordre privé - on n'a pas à retirer son amitié à quelqu'un quand il faute ou quand il chute – avec une réaction politique d'un dirigeant de qui on attend qu'il défende ces principes [de défense de droits de femmes], même quand ce sont les siens qui sont en cause. C'est cette dissonance qui a été perçue. Des derniers échanges de Jean-Luc Mélenchon dans les médias, je vois que lui-même a perçu cette dissonance et qu'il essaie de raccommoder ça."

Depuis, Jean-Luc Mélenchon a déclaré que "personne n'était parfait". Pour François Ruffin, "c'est déjà un pas", mais il se refuse à faire "la psychologie" du leader insoumis. "Une révolution est en cours" et elle est "souhaitable", pour le député de la Somme.


Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" de François Ruffin face à Salhia Brakhlia et Marc Fauvelle le mercredi 28 septembre 2022 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.