Politique : pourquoi Emmanuel Macron a choisi de maintenir Elisabeth Borne à Matignon

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Politique : pourquoi Emmanuel Macron a choisi de maintenir  Élisabeth Borne à Matignon
Politique : pourquoi Emmanuel Macron a choisi de maintenir Élisabeth Borne à Matignon Politique : pourquoi Emmanuel Macron a choisi de maintenir Élisabeth Borne à Matignon (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - C. Motte, C. Graziani, C. Méral, J.-B. Marteau, M. Duguet, J. Blondel, P. Brame
France Télévisions
Alors que son remplacement était évoqué, la Première ministre Elisabeth Borne est sauvée. Le chef de l'État a jugé que sa loyauté et le soutien dont elle bénéficie de la part de la majorité méritaient de la maintenir à Matignon.

C'est la fin d'un suspense qui aura duré plus de trois mois. Elisabeth Borne reste à Matignon, malgré la séquence mouvementée des retraites, malgré les émeutes, et malgré plusieurs désaccords avec le chef de l'État. Comment la Première ministre a-t-elle réussi à sauver sa place ? "Tout s'est joué ce week-end. Emmanuel Macron a fait le choix de la continuité dans une période instable, ça se comprend", défend un député de la majorité. Pour les défenseurs de la Première ministre, le président a tout intérêt à la garder. Sa ténacité a payé, et elle a fait voter une vingtaine de projets de loi. "Elle est solide, elle a le soutien de la majorité, et surtout, elle fait paratonnerre", confie un conseiller ministériel.

Loyale envers Emmanuel Macron ?

"Sa loyauté au président et son sens du devoir sont plus forts que tout", ajoute un proche d'Elisabeth Borne. Après la réforme des retraites, Emmanuel Macron chargeait Elisabeth Borne d'élargir la majorité en grappillant les voix de certains députés de droite. Mission pas vraiment accomplie, mais un ministre le concède : "La perle rare capable de rameuter 40 députés Les Républicains (LR), ça n’existe pas, il faut se rendre à l’évidence". En coulisses, il a bien été question d’évincer Elisabeth Borne, mais qui l’aurait remplacée ? L’hypothèse Darmanin, marqué à droite, a été évoquée, mais selon un député influent de la majorité, "Gérald Darmanin est très clivant, et les députés Renaissance venus de la gauche n’en voulaient pas".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.