Haut-Karabakh : une guerre meurtrière à coups de bombardements et d'images

Dans le Haut-Karabakh, les combats entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan se poursuivent samedi 3 octobre en dépit des appels internationaux. Les victimes civils et militaires se comptent par centaines. 

FRANCEINFO

Les images sont muettes, mais elles parlent d’elles-mêmes. C’est le ministère de la Défense d’Azerbaïdjan qui les diffuse. On voit son artillerie pilonner les positions arméniennes dans le Haut-Karabakh. Depuis le ciel, des drones bombardent un camp militaire et des blindés arméniens. Les communiqués de victoires se succèdent.

Une bataille d’images

Côté arménien, là aussi, les images officielles doivent servir la cause. Pas question de laisser l’Azerbaïdjan donner l’impression qu’il dispose de la supériorité des armes, même si l’Arménie reconnaît de lourdes pertes. À Erevan, le Premier ministre arménien a déclaré samedi 3 octobre fait face au moment peut-être le plus décisif de son histoire.

À Stepanakert, chef-lieu du Haut-Karabakh, des obus sont tombés durant la nuit sur un immeuble. Les habitants sont sous le choc. Un village d’Azerbaïdjan a été dévasté et déserté. En une semaine, les affrontements ont fait une centaine de morts de part et d’autre : des militaires, mais aussi des civils. Un bilan impossible encore à chiffrer avec précision.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers devant un immeuble visé par des tirs d\'artillerie lourde à Stepanakert, dans le Haut-Karabah, le 3 octobre 2020.
Des policiers devant un immeuble visé par des tirs d'artillerie lourde à Stepanakert, dans le Haut-Karabah, le 3 octobre 2020. (AFP)