VIDEO. Hérault : trois policiers dénoncent les pratiques de leur hiérarchie et de la mairie

Dans l'Hérault, ambiance délétère au sein de la police municipale. A Palavas-les-Flots, trois policiers accusent leur hiérarchie et le maire de les forcer à accomplir des actes illégaux.

France 3

Trois policiers municipaux de Palavas-les-Flots ont décidé de parler et de ne plus obéir. Selon eux, leur hiérarchie, en accord avec le maire, leur imposerait d'agir illégalement, comme par exemple d'interpeller et d'expulser des personnes jugées irresponsables. "Des mendiants, des personnes en état d'ébriété, des personnes d'origine étrangère", explique Géric Blocard, délégué syndical FO, au micro de France 3. Les policiers municipaux dénoncent également des fichages de personnes non autorisés ainsi que des vidéos et filatures illégales. Une équipe de France 3 s'est rendue sur place.

Des pratiques conformes à la loi, selon le maire

L'avocat des trois policiers juge les faits particulièrement graves. Il dénonce une discrimination face à une certaine population. "Des gens qui, effectivement, sont des pauvres. Comme disait Coluche, des salauds de pauvres que l'on ne veut pas voir sont priés, peut-être gentiment ou moins gentiment, de quitter la commune. C'est extrêmement républicain de déposer chez les autres ce qu'on ne veut pas chez soi ", dénonce Me Luc Abratkiewicz, le défenseur des plaignants,  au micro de France 3. Le maire de Palavas-les-Flots affirme en revanche que ces pratiques sont conformes à la loi. "Tant que je serais maire de Palavas-les-Flots, je maintiendrai l'ordre et la sécurité à Palavas-les-Flots parce que je pense que c'est nécessaire et c'est comme cela que nous obtenons des résultats. Nous avons 35 % de délinquance en moins cet été sur la commune", affirme Christian Jeanjean. Une enquête préliminaire a été ouverte, sur fond de guerre syndicale et politique. Le parquet de Montpellier devra trancher.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo représentant une voiture de police.
Photo représentant une voiture de police. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)