Côtes-d’Armor : l’île de Bréhat impose des quotas face au surtourisme

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Côtes-d’Armor : l’île de Bréhat impose des quotas face au surtourisme -
Côtes-d’Armor : l’île de Bréhat impose des quotas face au surtourisme Côtes-d’Armor : l’île de Bréhat impose des quotas face au surtourisme - (France 2)
Article rédigé par France 2 - C.Wormser, C. le Calve, P.Lacotte, Images aériennes : Eyedentity
France Télévisions
France 2
La mesure mise en place par certaines communes contre le surtourisme divise. Plusieurs villes ont décidé de limiter l’afflux de visiteurs en instaurant des quotas. L'objectif est de protéger l’environnement et la tranquillité des habitants, comme sur l’île de Bréhat.

En période estivale, l’île de Bréhat (Côtes-d’Armor) fait le plein avec des pics jusqu’à 6 500 visiteurs par jour. Cela a poussé la municipalité à réguler les arrivées sur l’île. Depuis vendredi 14 juillet, un décompte est effectué avant de monter dans la navette. La mesure est comprise par les touristes. “C’est une bonne chose de réguler pour tout le monde”, avance l'un d'eux. À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 25 août, un arrêté municipal limite les arrivées des touristes : seulement 4 700 personnes pourront venir sur l’île entre 8 heures du matin et 14 heures.  

Un enjeu environnemental 

L'objectif du maire n’est pas de faire fuir les touristes. L'enjeu est de préserver l’île, classée comme site naturel depuis 2020. “Il n’y avait pas toutes ces roches apparentes. Elles sont le résultat des piétinements par milliers des gens qui vont au phare”, précise Olivier Carré, maire de l’île. Une année entière de discussion avec les professionnels du tourisme a eu lieu, et ils sont inquiets. “L’inquiétude est de savoir si on ne va pas encore le baisser [le quota], explique Olivier Sauvage, commerçant. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.