Mise en pause du plan Ecophyto : les ONG vent debout contre le possible abandon du NODU

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Les ONG environnementales étaient conviées lundi 12 février au ministère de l'Agriculture pour discuter de la pause du plan Ecophyto. Elles ont quitté la table de discussions, protestant notamment contre le risque de voir le NODU, principal indicateur de l'usage des pesticides, abandonné.
Mise en pause du plan Ecophyto : les ONG vent debout contre le possible abandon du NODU Les ONG environnementales étaient conviées lundi 12 février au ministère de l'Agriculture pour discuter de la pause du plan Ecophyto. Elles ont quitté la table de discussions, protestant notamment contre le risque de voir le NODU, principal indicateur de l'usage des pesticides, abandonné. (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - T.Leriche
France Télévisions
franceinfo
Les ONG environnementales étaient conviées lundi 12 février au ministère de l'Agriculture pour discuter de la pause du plan Ecophyto. Elles ont quitté la table de discussions, protestant notamment contre le risque de voir le NODU, principal indicateur de l'usage des pesticides, abandonné.

Audrey Chantepie, maraîchère à Cergy (Val-d'Oise), compte bien pouvoir continuer d'utiliser des herbicides pour ses salades. La mise en pause du plan Ecophyto est une bonne nouvelle pour elle, car elle assure que sans produits phytosanitaires, il n'y a pas de récolte. Mais la suspension du texte, destiné à réduire de moitié l'usage des pesticides d'ici à 2030, passe en revanche très mal pour les ONG environnementales.

Une consultation lancée sur l'indicateur à retenir

Conviées lundi 12 février au ministère de l'Agriculture, les ONG ont quitté la table de discussions. Le point de discorde majeur concerne le NODU (Nombre de Doses Unités), qui est le principal indicateur de l'usage des pesticides en France. Il risque d'être abandonné. Pour les ONG, son maintien est non négociable. Face aux divergences d'opinions des acteurs sur le NODU, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a annoncé le lancement d'une consultation pour déterminer quel indicateur retenir pour mesurer l'usage des pesticides à risque.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.