Colère des agriculteurs : "J'ai peur que nous soyons une nouvelle fois déçus", anticipe la co-présidente de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min
Colère des agriculteurs : "J'ai peur que nous soyons une nouvelle fois déçus", anticipe la co-présidente de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne
Colère des agriculteurs : "J'ai peur que nous soyons une nouvelle fois déçus", affirme une représentante syndicale de la Coordination rurale Colère des agriculteurs : "J'ai peur que nous soyons une nouvelle fois déçus", anticipe la co-présidente de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - L.Chaumette
France Télévisions
franceinfo
Karine Duc, co-présidente de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, est l'invitée du 19/20 info, mardi 13 février, alors que deux autres syndicats d'agriculteurs ont été reçus à Matignon dans la journée, et que son syndicat sera reçu à l'Élysée mercredi.

Les syndicats de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs étaient reçus à Matignon, mardi 13 février. "Je n'attends pas grand-chose, malheureusement, à moins d'un sursaut de la part du gouvernement", indique Karine Duc, co-présidente de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, dans le 19/20 info. "J'ai peur que nous soyons une nouvelle fois déçus", anticipe-t-elle. Le syndicat de la Coordination rurale sera reçu, mercredi 14 février, à l'Élysée.

"Pas de traitement de faveur"

Après les promesses, Karine Duc demande des mesures concrètes. Elle souhaite "un calendrier avec des engagements fixés". "Des mouvements d'action sont déjà en cours de préparation", indique-t-elle. Avant le Salon de l'agriculture, "on va être obligé de se projeter dans l'action, dans la revendication syndicale et dans la mauvaise réception de l'ensemble des politiques", affirme la co-présidente de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne. Pour elle, les agriculteurs n'ont pas bénéficié de traitement de faveur lors des manifestations. "On a payé le prix fort, on est allé au tribunal de très nombreuses fois", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.