Pesticides : les ONG claquent la porte du Comité d'orientation stratégique et de suivi sur le plan Ecophyto

Le plan Ecophyto, qui vise une réduction de moitié de l'utilisation des pesticides d'ici 2030, a été suspendu par le premier ministre Gabriel Attal "le temps de mettre en place un nouvel indicateur" de mesure de quantité de pesticides.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un tracteur pulvérise des produits sur un champs de blé, à Montaigu-Vendée (Vendée), le 14 avril 2023. (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS)

Huit ONG de protection de l'environnement ont claqué la porte lundi 12 février après-midi du Comité d'orientation stratégique et de suivi (COS) du plan Ecophyto, qui a lieu au ministère de l'Agriculture, a constaté le journaliste de franceinfo sur place.

Ces huit ONG, dont Générations Futures, le WWF France, la Fondation pour la Nature et l'Homme ou la LPO, devaient participer à ce COS lundi après-midi avec le gouvernement, des élus et des représentants des agriculteurs, de l'industrie, sur l'avenir d'Ecophyto.

Avant même cette réunion, les ONG avaient prévenu que la remise en cause du plan Ecophyto par le gouvernement, après la mobilisation des agriculteurs, était une "remise en cause de l'objectif même de la réduction des pesticides". Elles avaient prévu de lire un texte commun sur place, mais selon le journaliste de franceinfo sur place, elles n'ont pas eu le temps de faire cette déclaration.

Un cadeau à l'agriculture industrielle

"En donnant le signal que l’agriculture peut relâcher ses efforts sur les pesticides, le gouvernement a choisi d’ouvrir la boîte de Pandore", écrit WWF dans un communiqué après cette réunion. "C'est un cadeau à l’agriculture industrielle plus qu’aux agriculteurs dans leur diversité, alors que le monde agricole disait vouloir du soutien, pas des pesticides".

"Ces associations ont exprimé en début de COS leur volonté de ne pas dialoguer ni participer, mais d’effectuer une déclaration", a regretté dans un communiqué le ministère de l'Agriculture. "Il n’est pas acceptable, alors qu’aucune décision n’a été prise, de quitter une réunion d’échange et de concertation". "Dialoguer c'est aussi se respecter entre membres du conseil écophyto qui sont venus écouter et échanger pour avancer collectivement au bénéfice de l'intérêt général".

Ce plan Ecophyto, qui vise une réduction de moitié de l'utilisation des pesticides d'ici 2030 (par rapport à 2015-2017), a été suspendu par Gabriel Attal "le temps de mettre en place un nouvel indicateur" qui remplacerait le Nodu, principal outil de mesure français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.