Cet article date de plus d'un an.

Opération Wuambushu : les démolitions reprennent sous un climat de tension

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Opération Wuambushu : les démolitions reprennent sous un climat de tensions
Article rédigé par France 3 - M. Boisseau, N. Salem, M. Bitton
France Télévisions
France 3
Le calme est revenu après des heures d’affrontements le matin du jeudi 27 avril à Mayotte. Depuis quatre jours, les mobilisations se poursuivent contre l’opération Wuambushu. Un autre démantèlement de bâtiments a eu lieu.

Les délinquants ont surgi à la nuit tombée. Certains, habillés de combinaisons blanches pour ne pas être reconnus, ont agressé des automobilistes. Le 12/13 a suivi des CRS-8 équipés de grenades lacrymogènes et de lanceurs de balles de défense ; l’un d’entre eux est blessé par des jets de pierre. Le matin du jeudi 27 avril, deux personnes ont été interpellées. Au même moment, une dizaine de logements illégaux, certains inoccupés, ont été détruits.

Un relogement de six mois

Pour Thierry Suquet, préfet de Mayotte, l’opération n’est pas anodine : "Depuis deux ans, on a démoli 2 000 habitats insalubres de l’île. On démolit avec des opérations qui peuvent faire 100, 150, mais pour arriver à 2 000 il faut aussi des opérations qui en font dix". Un lycée sera construit sur l’emplacement. "Les autorités affirment qu’elles proposent systématiquement un relogement de six mois, notamment dans les centres d’accueil, à toute personne en situation régulière, explique Matthieu Boisseau, envoyé spécial à Mayotte. Mais entre les recours en justice et les procédures juridiques pas terminées, aucun quartier ne peut être démantelé pour le moment."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.