Chaussures, jouets, peinture... Pourquoi les menaces de pénurie se multiplient pour certains produits

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
De plus en plus de matières premieres et d'articles sont touchées par la pénurie liée à une forte demande mondiale. (DUKAI PHOTOGRAPHER / MOMENT RF / GETTYIMAGES)

Avec la reprise économique en France et dans le monde, la demande est plus forte que l'offre et les menaces de pénurie se multiplient. 

Des rayons qui se vident. Meubles, chaussures, peinture, vélo... Les pénuries touchent de plus en plus d'articles et les entreprises peinent à remplir leur stock face à une demande mondiale croissante. Ce qui crée un embouteillage du côté de la production, qui se concentre essentiellement en Asie, mais également dans l'acheminement des containers en direction de la France.

Résultat, les délais de livraison s'allongent et les coûts de transport grimpent en flèche. Si les derniers chiffres confirment "une reprise forte de l'économie française" avec un retour de l'activité quasiment "à 100%" dans les entreprises françaises, François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, pointe aussi les difficultés de recrutement et d'approvisionnement. Les stocks ne se renouvellent pas aussi vite que la demande. Tour d'horizon des pénuries.

Parce que les délais de livraison s'allongent  

Pour les marchands de chaussures, l'inquiétude est bien réelle. "30 à 40% des produits" manquent à l'appel dans les rayons, selon Frank Boehly, président de la Fédération des enseignes de la chaussure. Ce qui fait craindre à des enseignes comme Chaussea une pénurie pour le mois de novembre. Car aux délais de livraisons qui s'allongent, "de un à trois mois", s'ajoute la contrainte d'une faible production locale. Sur les 420 millions de paires vendues chaque année dans l'Hexagone, seulement 20 millions sont produites en France.

Même galère pour les grandes enseignes d'ameublement, à l'instar du fabricant suédois Ikea dont les incontournables commencent à être en rupture de stock. Sur son site, la direction assure mettre tout en œuvre avec ses partenaires pour que ces références "soient disponibles dès que possible". "Malheureusement, nous pensons que ce sera à long terme (...) et il est possible que certains [produits] ne soient plus commercialisés", précise-t-elle.

La petite reine n'est pas épargnée non plus, victime de la crise des pièces détachées. Depuis un an, les vendeurs et les réparateurs de vélos pédalent dans le brouillard. Si certains modèles sont assemblés en Europe, les pièces et les composants viennent majoritairement d'Asie et "le délai de livraison de certains composants peut désormais dépasser 500 jours", affirme le porte-parole de Decathlon. De quoi inquiéter les coureurs cyclistes professionnels qui attendent leur "vélo 2022" pour commencer l'entraînement en vu du prochain Tour de France.

Parce que la demande de matières premières explose

L'afflux de demandes pèse également sur les stocks de matières premières. Côté bois, les professionnels du BTP et les bricoleurs devront s'armer de patience. La demande est en constante augmentation depuis le rebond des travaux chez les particuliers et avec la reprise des chantiers professionnels en France mais aussi aux Etats-Unis, où les acheteurs américains s'approvisionnent en Europe. Conséquence, les prix s'envolent avec une augmentation allant jusqu'à 40% sur le bois de construction

Même scénario du côté des granulés pour faire chauffer les poêles à bois qui viennent à manquer, notamment dans le nord de la France où la vente de ces chauffages a grimpé de 20%. Cette pénurie, doublée d'une hausse des prix, touche également l'acier dont la reprise tardive de la production a causé un retard conséquent dans la livraison de cet alliage, qui a vu ses cours bondir de "50% à 80%", selon un pointage du ministère de l'Economie.

La pâte à papier, nécessaire à l'impression des livres mais aussi des cartons et du papier d'emballage, n'échappe ni à la pénurie ni à la hausse des prix. En Nouvelle-Aquitaine l'imprimeur Rivet Presse Edition subit des délais de trois ou quatre mois. "Pour l'instant, il y a même une incertitude pour 2022. On a aucune visibilité, aucune assurance d'avoir du papier", se désole l'imprimeur. 

Le plastique, ou plus exactement les polymères dérivés du pétrole, connaît le même sort. En mars dernier, la plasturgie de l'Ain réputée pour sa "Plastics vallée" vivait déjà sur ses stocks. La faute à une très forte demande en Europe, mais aussi en Chine qui s'est mise à importer afin de répondre à la demande de son marché domestique.

Dans la liste des matières premières manquantes se trouvent aussi les pigments et les additifs, essentiels à la production des peintures notamment les murales extérieures. Mais parmi, celles-ci, la peinture de couleur bleue risque de devenir un produit rare. Le fabricant de peintures néerlandais Akzo Nobel a récemment rapporté, dans une interview à Bloomberg (en anglais), manquer des ingrédients pour fabriquer "une des couleurs basiques les plus difficiles à obtenir".

Parce les semi-conducteurs sont devenus rares 

Souvent invisibles, les semi-conducteurs sont devenus incontournables dans notre vie remplie d'objets connectés tels que les ordinateurs, les smartphones, les téléviseurs ou encore les machines à laver. Or ces composants électroniques connaissent une forte demande depuis un an et demi et viennent à manquer dans l'industrie de l'automobile, qui est en une grande consommatrice. Cette dernière est contrainte de réduire la production de véhicules, à l'instar de Renault, qui a annoncé le 22 octobre anticiper une perte de production "proche de 500 000 véhicules sur l'année", rapporte Ouest-France.

Dans les rayons bricolages, ce sont notamment les perceuses qui manquent, faute de composants électroniques. Quant aux smartphones, ils risquent de connaître une hausse des prix, "mais elle devrait être limitée", selon le cabinet d'audit Deloitte Canada. Si les pénuries touchent de plus en plus de secteurs, personne ne peut dire quand elles vont cesser.

Alors, à trois mois du réveillon de Noël, "60% des ménages ont prévu d'anticiper leurs achats en octobre et novembre". De leur côté, les vendeurs de jouets assurent avoir anticipé toutes ces difficultés en commandant bien avant la date habituelle. Mais tout n'est pas encore livré chez les magasins de jouets Oxybul qui a dû répercuter "des augmentations de prix en moyenne de 3%" sur ses articles provenant d'Asie. Alors même s'ils sont plus rares, la bonne stratégie, cette année, serait de miser sur des jouets produits en Europe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.