Industrie : cinq questions sur la pénurie de composants électroniques qui paralyse certaines entreprises françaises

Depuis plus d'un an, les semi-conducteurs, ces composants électroniques majoritairement produits en Asie, viennent à manquer, pénalisant toute l'industrie automobile française.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les semi-conducteurs sont des circuits électroniques indispensables à de nombreuses industries, dont l'automobile. (FRANCK DUNOUAU / PHOTONONSTOP / AFP)

Les conséquences de la crise du Covid-19 se font sentir jusque dans la production automobile française. Depuis plus d'un an, l'industrie des composants électroniques ne tient pas la cadence. Les semi-conducteurs viennent à manquer et cette pénurie planétaire a conduit certains constructeurs tricolores à se mettre temporairement à l'arrêt. Franceinfo revient en cinq questions sur cette crise.

1A quoi servent les semi-conducteurs ?

Les semi-conducteurs sont des puces électroniques qui "permettent de transmettre l'information, de la stocker et de la calculer", expliquait en mai à franceinfo Mathilde Aubry, économiste et enseignante spécialisée dans la transformation numérique à l'Ecole de management de Normandie.

Du fait du caractère incontournable de ces composants, la pénurie touche de multiples chaînes de production : dans les secteurs de l'automobile, des appareils électroniques, des cartes de paiement et des consoles de jeux, notamment. 

2Comment expliquer cette pénurie ?

Cette carence en puces électroniques est multifactorielle et la pandémie de Covid-19 en constitue l'un des éléments d'explication. Au cœur de la crise sanitaire, la demande d'objets électroniques a augmenté alors que le système de production tournait au ralenti.

La reprise rapide de l'économie a surpris les fabricants de puces, qui ont rencontré des difficultés à répondre à la demande. "Le secteur des semi-conducteurs est extrêmement complexe, expliquait Mathilde Aubry en mai. Il est très difficile d'y équilibrer la demande. La cyclicité du marché fait partie intégrante de son fonctionnement."

3Quelles sont les entreprises à l'arrêt en France ?

C'est le secteur automobile qui est le plus touché sur le sol français, puisque ces éléments électroniques équipent désormais toutes les voitures. "La pénurie est particulièrement forte dans l'automobile parce que ce sont des composants spécifiques et parce que ces deux dernières années, l'industrie automobile a connu une récession assez marquée. Il n'y avait plus beaucoup de capacités de production [de puces] destinées à cette industrie", expliquait en février sur franceinfo Michel Fouquin, économiste, spécialiste du commerce international et des pays d'Asie.

Le constructeur suédois de poids lourds Scania a ainsi annoncé le 30 août suspendre sa production de camions pendant une semaine en Suède, en France et aux Pays-Bas à cause de cette pénurie.

La direction de l'usine Stellantis (PSA et Fiat Chrysler) à Sochaux (Doubs) a quant à elle notifié, dans un communiqué, la fin de l'activité de l'équipe de nuit jusqu'à nouvel ordre. "On a une demande des clients qui est énorme. On aurait largement de quoi renforcer nos équipes avec des heures supplémentaires. Mais pour ça, il faut les pièces de semi-conducteurs", regrette François Guillerey, de l'Unsa PSA Sochaux, à France Bleu Belfort-Montbéliard.

Enfin, l'usine Toyota d'Onnaing, près de Valenciennes (Nord), est restée fermée deux semaine, jusqu'au 6 septembre. Le constructeur japonais a annoncé une baisse de 40% de sa production mondiale en septembre à cause de la pénurie de semi-conducteurs, détaille France Bleu Nord.

4Jusqu'à quand cette pénurie peut-elle durer ?

Flavien Neuvy, économiste, directeur de l'Observatoire Cetelem, expliquait le 2 septembre sur franceinfo qu'il faudra "certainement attendre plusieurs trimestres, voire plus d'un an, pour avoir un retour à la normale progressif" dans le secteur automobile. En cas d'achat de véhicule neuf, le consommateur devra s'attendre à "des délais de livraison qui se rallongent", ajoute-t-il.

Le fabricant français de matériaux pour semi-conducteurs Soitec voit la pénurie actuelle durer "facilement de six à neuf trimestres", soit jusqu'à la fin du premier trimestre 2023 ou du quatrième trimestre 2023, a déclaré son directeur général Paul Boudre au micro de Radio Classique vendredi 3 septembre.

5L'Europe a-t-elle prévu de relocaliser la production des puces ?

L'industrie des semi-conducteurs est presque entièrement regroupée entre les mains de quelques entreprises installées à l'étranger. Le Taïwanais TSMC concentre ainsi à lui seul 70% de la production mondiale. Face à cette crise, la relocalisation de la production est bien l'une des pistes envisagées par l'Europe, qui prévoit un doublement de la capacité de production du continent en semi-conducteurs d'ici à 2030. "Les Etats-Unis et nous sommes exactement pareils, on ne produit que 10% des semi-conducteurs sur nos territoires. On a décidé de passer à 20% dans les dix ans qui viennent", avait déclaré en juin le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, à l'AFP.

Pour y parvenir, la Commission avait alors annoncé une "alliance" européenne réunissant tous les acteurs de la chaîne des semi-conducteurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Industrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.