#OnVousRépond Masques, enfant malade, cantine, sport... Tout ce qu'il faut savoir avant la rentrée scolaire

La rentrée approche à grands pas : franceinfo répond aux questions les plus fréquemment posées sur le protocole sanitaire établi dans le cadre de l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Des élèves d'une école de Montataire (Oise) pendant le dispositif "Vacances apprenantes", le 21 août 2020. (NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)

A quelques jours de la rentrée scolaire, mardi 1er septembre, de nombreuses zones d'ombre subsistent sur le retour en classe des élèves. Un retour que le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, souhaite "le plus normal possible". Le protocole sanitaire dévoilé mercredi 26 août a durci certaines règles en raison de l'envolée de cas de coronavirus dans l'Hexagone. Masques, distanciation, sport, absence à l'école… franceinfo répond à toutes vos questions. 

>> Coronavirus : suivez les dernières infos liées à la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Enseignante, je suis considérée comme une personne à risque. Dois-je retourner à l'école ?

Tous les enseignants doivent revenir en classe pour exercer en présentiel, mais des dérogations peuvent être acceptées pour les personnes vulnérables. En visite dans une école de l'Oise le 21 août, le ministre de l'Education nationale a confirmé que les personnes fragiles pourront rester chez elles et bénéficier d'une mesure de télétravail, à condition de justifier de leur situation par un certificat médical. Un décret dresse la liste des personnes à risque susceptibles de développer une forme grave du Covid-19 : les plus de 65 ans, les malades souffrant de diabète, d'un cancer ou de pathologies chroniques respiratoires, ou encore les personnes immunodéprimées.

Beaucoup de parents refusent déjà de mettre leurs enfants à l'école… En aura-t-on le droit ?

L'Education nationale est formelle : sans symptôme de Covid-19, tous les élèves doivent retourner à l'école, à moins de bénéficier d'un certificat médical justifiant leur absence. Lorsque l'élève est en contact avec quelqu'un de fragile, le ministre de l'Education nationale préconise "d'arriver à ce qu'une formule familiale permette quand même d'envoyer l'enfant à l'école". "Par exemple, s'il est en contact avec une personne âgée vulnérable, il faut sans doute prendre des mesures en la matière", a-t-il expliqué la semaine passée sur le plateau du JT de France 2.

Si vous décidez malgré tout de retirer vos enfants de l'école, les professeurs n'auront aucune obligation de vous envoyer le travail effectué en classe pour permettre l'enseignement à distance. Sans justificatif, vous pourrez également faire l'objet d'un rappel à l'ordre de la part de l'établissement.

Les masques distribués aux enseignants seront-ils des masques "destinés au contact avec du public" comme ceux annoncés pour les policiers, les gendarmes ou les caissiers ?

Non. L'Education nationale fournira des masques "grand public" semblables à ceux distribués ces derniers mois, à raison de deux pour chaque jour de présence dans les écoles ou établissements. Les enseignants vulnérables ou en contact avec des personnes à risque pourront néanmoins faire une demande de masques FFP2 auprès de leur chef d'établissement.

Je suis AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap) en maternelle. Pourrai-je porter un masque ? Est-ce que l'Education nationale me le fournira ?

Oui, c'est même obligatoire. Jusqu'ici, les enseignants de maternelle n'étaient pas contraints de porter le masque. Mais la nouvelle version du protocole sanitaire, datée du 26 août, rend obligatoire le masque pour tous les enseignants, même lorsque la distance d'un mètre est respectée. Pour les AESH, la règle est la même. Ils bénéficient des mêmes droits que tous les personnels, rappelle le syndicat Unsa, et pourront donc, à ce titre, disposer des masques fournis par l'Education nationale.

En cas de rhume ou de toux à l'école, les enfants devront-ils faire systématiquement un test PCR ? Quid des enfants allergiques, ayant des rhinites toute l'année ?

L'Education nationale n'a pas encore émis de directives précises à ce sujet. Les élèves présentant des symptômes grippaux (toux, nez qui coule, fièvre) ne doivent en principe pas se rendre à l'école. Pour les enfants allergiques ou toujours enrhumés, des dispositifs pourront néanmoins être mis en place : "Un télétravail pourra être envisagé pour les élèves chroniquement malades, qui pourront revenir à l'école en présentant un test négatif ou un certificat médical", indique le ministère à franceinfo, en précisant que ces informations sont susceptibles d'évoluer.

Les sorties scolaires sont-elles de nouveau autorisées ?

Pour l'instant, la question des sorties scolaires n'est pas sur la table. Elle dépendra, affirme l'Education nationale, de l'évolution de l'épidémie et des contextes locaux.

Mon fils lycéen devra-t-il porter son masque à l'internat ?

Que les internes se rassurent : ils ne devront pas porter le masque nuit et jour. Le protocole sanitaire précise que le port du masque n'est pas obligatoire "lorsqu'il est incompatible avec l'activité"  par exemple, lors des repas, des nuits en internat ou des pratiques sportives. Dans ces situations, une attention particulière sera apportée à la limitation du brassage et au respect de la distanciation. En revanche, il est probable que les internes doivent porter le masque dans les couloirs de l'établissement, ainsi que dans les espaces extérieurs.

Quelles sont les mesures pour la cantine ?

"Hors de question de sacrifier la cantine", a affirmé Jean-Michel Blanquer lors de la conférence de presse de jeudi. Les repas à la cantine seront organisés selon les leçons tirées du retour à l'école de juin : le but est "d'éviter des agglutinations et d'espacer au mieux les élèves", a précisé le ministre. Les recommandations seront appliquées au cas par cas par les collectivités locales, en concertation avec les chefs d'établissement qui pourront éventuellement adapter les emplois du temps afin d'étaler les passages au réfectoire.

Je suis enseignante et travailleuse handicapée. Appareillée des deux oreilles, je compense beaucoup en lisant sur les lèvres. Est-il envisagé de fournir des masques transparents aux élèves dont les professeurs ont besoin de lire sur les lèvres ?

C'est envisageable : interrogé sur France Inter jeudi 27 août, Jean-Michel Blanquer a promis des masques transparents pour certains professeurs de maternelle, pour les enseignants en charge d'enfants malentendants ou pour les classes Ulis. Pour la situation inverse, "rien d'officiel n'a été prévu, mais cela existe", a indiqué l'Education nationale à franceinfo.

Pourquoi ne parle-t-on plus des visières adaptées à l'enseignement ?

Il n'est pas autorisé de troquer votre masque contre une visière, comme celles souvent imprimées pendant le confinement à l'aide d'imprimantes 3D. Seul le port du masque est la règle, rappelle l'Education nationale, sans en préciser la raison.

Le masque est-il obligatoire pendant les cours de sport ?

Pour l'instant, les consignes concernant les cours de sport ne sont pas claires. Le protocole prévoit la reprise des activités sportives collectives ou individuelles, en préconisant aux établissements "de s'adapter au cas par cas, par exemple en désinfectant le matériel après utilisation", explique Ouest-France. Quant aux masques, la circulaire du 26 août précise qu'ils ne sont pas obligatoires lorsqu'ils sont incompatibles avec l'activité, dont la pratique sportive. Mais rien n'a été prévu pour l'instant quant aux vestiaires. L'Education nationale affirme que ces informations restent "soumises à changement" et seront précisées dans les prochains jours.

Interrogé sur le sujet par le JDD, Jean-Michel Blanquer a expliqué que les cours de sport se dérouleraient "dans le respect des règles sanitaires fixées par le protocole". "Aucune activité n'est proscrite. Le mot-clé reste l'adaptation", a-t-il précisé. Certains lieux et équipements de sports pourront être proscrits localement pour des raisons sanitaires : "peut-être qu'une piscine sera fermée à tel endroit", sans que cela ne signifie que "la natation sera interdite partout", a assuré le ministre.

Que se passe-t-il quand un enfant doit rester à la maison car malade, ou potentiellement malade ? 

Les élèves contraints de rester à la maison à cause du Covid-19 pourront bénéficier du dispositif d'enseignement à distance : il faudra alors contacter l'enseignant ou le chef d'établissement pour établir le suivi et récupérer le travail, précise l'Education nationale.

Pourrais-je accompagner mon enfant lors de sa rentrée en maternelle ou vais-je devoir rester dehors ?

"Il n'y a pas d'interdiction pour les parents d'être présents en maternelle", assure dans les colonnes du JDD Jean-Michel Blanquer, à la veille de la rentrée. Seule condition : ces derniers devront respecter les mesures sanitaires, à savoir le port du masque et les mesures de distanciation physique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.