Présidentielle 2022 : quelles sont les propositions des candidats pour "taxer les super-riches" ?

écouter (2min)

Aux États-Unis, Joe Biden veut taxer le plus riches et mettre en place un impôt minimum, notamment pour financer la guerre en Ukraine et aider l’Otan. Est-ce qu’en France, des candidats à la présidentielle proposent la même chose ? Le décryptage de Fanny Guinochet. 

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une liasse de billets de banque. (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

En France, il y a des candidats qui veulent taxer les plus riches mais ils ne mettent pas les curseurs au même niveau. Si, de l'autre côté de l'Atlantique, le président américain Joe Biden veut un impôt minimum pour ceux qui ont plus de 100 millions de dollars de patrimoine - avec l'objectif de leur faire payer au moins 20% de leur revenu en impôt -, en France, Jean-Luc Mélenchon est peut être celui qui s’en rapproche le plus. Il veut taxer les plus hauts revenus mais il cible ceux qui gagnent plus de 400 000 euros annuels, – soit plus de 33 000 par mois. Et surtout, le candidat de la France insoumise les taxerait à hauteur de 90% de l’argent gagné.

Le communiste Fabien Roussel et Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, veulent aussi mettre en place un impôt sur la fortune mais qui couvrirait la totalité du capital ou presque. Nathalie Arthaud pour Lutte Ouvrière, va un cran plus loin et parle d’expropriation de grandes fortunes. Yannick Jadot veut remettre un impôt de solidarité sur la fortune pour les patrimoines supérieurs à deux millions d’euros, mais cet impôt comportera un bonus-malus selon l’impact des actifs financiers et immobiliers sur le climat que vous détenez. En d’autres termes, vous payerez plus si vous avez des actions chez TotalEnergies que dans une start-up qui encourage les énergies renouvelables. Anne Hidalgo est aussi sur ce crédo : elle veut aussi créer un "ISF climat et biodiversité", pour mettre à contribution les plus riches et financer la transition écologique.  

>> Présidentielle 2022 : découvrez l'évolution des intentions de vote au premier tour dans notre baromètre quotidien

Et les candidats de droite ?

Le critère pour eux n’est pas le climat mais la spéculation financière. Par exemple, Nicolas Dupont -Aignan veut rétablir l’impôt sur la fortune, l’ISF, mais en le concentrant uniquement sur les fortunes financières. Idem pour Marine Le Pen, qui veut créer un impôt sur la fortune financière.

Autre différence : le patrimoine immobilier. La plupart des candidats de droite veulent réduire sa part dans le calcul de l’impôt. Par exemple, Eric Zemmour, veut exclure la résidence principale de l’impôt sur la fortune immobilière, l’IFI. Ce qui réduirait le nombre de gens assujettis. Valérie Pécresse, la candidate des Républicains, veut elle aussi alléger l’impôt sur la fortune immobilière.  

Quid du président sortant ?

Emmanuel Macron n’envisage pas de changement majeur pour son éventuel second mandat. Il garde l’IFI, l'impôt sur la fortune immobilière, en l’état et ne prévoit pas de taxation spéciale pour les plus riches.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.