Marine Le Pen

Les plus lus

Marine Le Pen : toutes les actualités

A 53 ans, Marine Le Pen vit sa troisième candidature à l'élection présidentielle. La patronne du Rassemblement national, qui a remis les clés du parti à Jordan Bardella le temps de la campagne, peut se targuer de son expérience. En 2012, elle avait terminé à la troisième place avec 17,9% des suffrages derrière Nicolas Sarkozy et François Hollande. Cinq ans plus tard, elle avait réussi à accéder au second tour face à Emmanuel Macron, qui l'avait emporté largement. 

La brouille avec Jean-Marie Le Pen. La mauvaise performance de Marine Le Pen lors du débat de l'entre-deux-tours en 2017 va longtemps la poursuivre. Et lui attirer les sarcasmes de son père dont elle a pris la succession en 2011. En tant que présidente du Front national, elle va notamment s'atteler à "dédiaboliser" le parti d'extrême droite jusqu'à en changer le nom. Jean-Marie Le Pen, qui a fondé le FN dont il a longtemps été président d'honneur, s'est à cette même période brouillé avec sa fille qui l'a fait exclure en 2015 notamment pour ses propos polémiques sur la Seconde Guerre mondiale.

De multiples mandats. C'est pourtant dans le sillon de Jean-Marie Le Pen que Marine Le Pen s'est construite. Cette avocate de formation s'engage dès sa majorité au Front national et c'est sous ces couleurs qu'elle va connaître de multiples mandats. Conseillère régionale d'Ile-de-France, du Nord-Pas-de-Calais puis des Hauts-de-France, elle siège au Parlement européen de 2004 à 2017. Cette année-là, elle est élue députée RN du Pas-de-Calais mais échoue à constituer un groupe parlementaire à l'Assemblée nationale. Aujourd'hui, Marine Le Pen rêve d'un match retour avec Emmanuel Macron.

Un référendum sur l'immigration. Le programme de Marine Le Pen a été revu et corrigé par rapport à ses précédentes candidatures, notamment sur l'Union européenne – dont elle ne veut plus sortir – ou l'euro – qu'elle ne veut plus abandonner pour un retour au franc. Mais les positions sur l'immigration de la candidate, au cœur du projet RN, sont restées sensiblement les mêmes. Seule nouveauté : un référendum sur l'immigration qui entraînerait une réforme de la Constitution.