Cet article date de plus d'un an.

Vidéo "Son mari l'a laissée ici, enceinte" : dans la jungle impitoyable du Darién Gap, sur la route des Etats-Unis, des migrants blessés abandonnés à leur sort

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
"Son mari l'a laissée ici, enceinte" : dans la jungle impitoyable du Darién Gap, sur la route des Etats-Unis, des migrants blessés abandonnés à leur sort
"Son mari l'a laissée ici, enceinte" : dans la jungle impitoyable du Darién Gap, sur la route des Etats-Unis, des migrants blessés abandonnés à leur sort "Son mari l'a laissée ici, enceinte" : dans la jungle impitoyable du Darién Gap, sur la route des Etats-Unis, des migrants blessés abandonnés à leur sort (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
Dans les jungles montagneuses qui séparent la Colombie du Panama, "Envoyé spécial" a suivi des migrants pour l'étape la plus périlleuse de leur odyssée vers les Etats-Unis : la traversée du Darién Gap. Après plusieurs jours de marche dans des conditions extrêmement difficiles, les réserves de nourriture sont presque épuisées. Alors il faut se dépêcher. Plus que jamais, les faibles et les retardataires sont laissés à leur sort.

Dans les jungles montagneuses entre Colombie et Panama, des hommes, des femmes et des enfants qui n'ont plus rien à perdre, sauf leur vie, traversent un enfer vert au prix d'intenses souffrances. Au bout, peut-être, l'eldorado, le rêve américain. Venus du Venezuela, d'Haïti, de pays d'Afrique ou même d'Afghanistan, ils affrontent ici bien d'autres dangers que la jungle et ses serpents : un terrain extrêmement accidenté, une zone infestée de pillards, la vision des cadavres de ceux qui sont morts d'épuisement… et les trahisons de ceux qui sont prêts à avancer en laissant les blessés derrière eux.

Une équipe d'"Envoyé spécial" a accompagné des migrants dans leur traversée du Darién Gap, 100 kilomètres d'un passage particulièrement dangereux. En fin de parcours, après des journées épuisantes à marcher dans la montagne, les journalistes découvrent deux blessées, une Haïtienne et une Camerounaise. Toutes deux se sont fait une entorse. Cela fait cinq jours que la femme haïtienne est immobilisée dans cet endroit infesté de bandits. Les journalistes vont s'apercevoir qu'elle a passé, en tout, seize jours dans la jungle. Et elle est enceinte… C'est un miracle qu'elle soit encore en vie.

Cette femme a été abandonnée par le groupe qui voyageait avec elle et par son mari, qui ont continué sans elle. Depuis, d'autres groupes sont passés devant sa tente, sans lui porter secours. "Ses compagnons de route sont des criminels, s'indigne Eddy, un migrant haïtien. Son mari l'a laissée mourir ici. Il l'a laissée ici, enceinte, mais elle est toujours vivante. Ça me brise le cœur." 

Un sauvetage à force de persuasion

Eddy réussit à motiver les autres migrants pour construire un brancard de fortune, avec des lanières de sac à dos récupérées dans les ordures et du ruban adhésif issu du matériel de tournage de l'équipe. La future maman reprend espoir, mais au bout de quelques dizaines de mètres, les hommes s'arrêtent : la femme est trop lourde. Ils tentent alors de l'installer dans un hamac pour la porter accrochée à un tronc d'arbre. Mais une fois encore, la charge se révèle trop importante sur ce terrain accidenté. Les volontaires baissent les bras.

Finalement, les journalistes et leurs guides persuadent la femme de marcher sur ses jambes, malgré la douleur. Ils porteront le sac à dos d'un migrant qui, en échange, pourra épauler la femme enceinte. Cette fois-ci, c'est la bonne : elle sera sauvée.

Extrait de "Panama : on a traversé l'enfer vert", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 6 avril 2023.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de franceinfo et son application mobile ( iOS &  Android), rubrique " Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.