Envoyé spécial, France 2

Envoyé spécial du jeudi 28 août 2014

a revoir

Présenté parGuilaine Chenu

Diffusé le 28/08/2014Durée : 01h40

Ce direct est terminé.

Pour des raisons de droits, cette émission n'est plus disponible.

Au sommaire de l'émission ce soir, un portrait exclusif d'Arnaud Montebourg, un reportage sur les jeunes pousses du tourisme français et une enquête sur les conditions de travail dans les vignes d'Afrique du sud.

Portrait : Arnaud Montebourg

Le 23 aout dernier, l'ancien ministre de l'Economie accordait un entretien au Monde et dénonçait "la réduction dogmatique des déficits". Le lendemain, Dimanche 24, il persistait et critiquait la politique d'austérité imposée selon lui par l'Union européenne et l'Allemagne. Lundi 25 août, Manuel Valls annonçait la démission de son gouvernement et l'arrivée de nouveaux ministres. 

En moins de trois jours, les propos d'Arnaud Montebourg auront suffi à mettre le feu aux poudres et à déclencher une crise au sein du gouvernement. Mais qui est vraiment arnaud Montebourg ? Delphine Prunault et Vivien Roussel l'ont suivi pendant plusieurs mois jusqu'à ses derniers moments à Bercy - un extrait du reportage est à découvrir ici.

Les jeunes pousses du tourisme

En 2013, la France a accueilli 84,7 millions de touristes étrangers. L'industrie du tourisme rapporte à l'Etat plus de 40 milliards d'euros et emploie plus de 2 millions de personnes. Logique donc que le secteur attire de nombreux créateurs d'entreprise. Mais l'idée innovante ne suffit pas et la concurrence est rude. Reportage de Christelle Ploquin et Mathilde Enthoven au coeur de ceux qui fabriquent les vacances des touristes en France.

Afrique du sud : les raisins de la honte

La route des vins n'est pas seulement celle qui offre un parcours à travers les vignes françaises. En Afrique du sud, les touristes sont de plus en plus nombreux à l'emprunter chaque année.

Héloïse Toffaloni et Vincent Barral ont enquêté sur la route des vins à l’époque des vendanges. Et ils ont découvert l'envers du décor : des ouvriers mal payés, mal logés, et des professionnels du vin qui semblent parfois regretter le temps de l'Apartheid, vingt ans après.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==