"Complément d'enquête". Frontières : des milliards, des ratés et des barbelés

Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Entre 2005 et 2021, le budget de Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, a été multiplié par 90. Contrôler les frontières extérieures de l’Europe est devenu la grande affaire des membres de l’Union européenne. L’agence, sanctionnée pour son manque de transparence, est-elle efficace ? Comment mettre sous cloche un continent entier ? Et à quel prix ? Alors que l’Europe va dépenser 23 milliards d’euros d’ici à 2027 pour surveiller ses frontières, "Complément d’enquête" a parcouru des milliers de kilomètres pour vous raconter cette Europe forteresse et ses zones d’ombres.

C’est un chiffre impressionnant : entre 2005 et 2021, le budget de Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, est passé de 6 à 544 millions d’euros. Multiplié par 90 ! Contrôler les frontières extérieures de l’Europe est devenu la grande affaire des membres de l’Union européenne.

Tout a basculé en 2015 avec la crise syrienne et les millions de migrants qui ont pris la route, notamment vers le Vieux Continent. Depuis, l’Europe a durci sa politique migratoire, et lourdement investi : Frontex va ainsi embaucher 10 000 hommes d’ici cinq ans. Mais l’agence, sanctionnée pour son manque de transparence, est-elle réellement efficace ? Les traversées illégales des frontières de l’UE sont au plus haut depuis six ans.

D'ici à 2027, l’Europe va dépenser 23 milliards d’euros pour surveiller ses frontières    

Longtemps taboue, la question des murs "anti-migrants" est désormais d’actualité, portée par la Pologne ou la Hongrie. Pour maîtriser l’immigration, l’Europe confie aussi son destin à ses voisins, comme le Maroc ou la Turquie : une arme diplomatique dont ces pays savent user.

Mais comment mettre sous cloche un continent entier ? Et à quel prix ? Car clôtures, barbelés et caméras high-tech font des heureux : les industriels de la défense. Petites start-up ou multinationales veulent toutes leur part du gâteau : l’Europe va dépenser 23 milliards d’euros d’ici à 2027 pour surveiller ses frontières.

Du Maroc à la Hongrie, en passant par le Luxembourg, "Complément d’enquête" a parcouru des milliers de kilomètres pour vous raconter cette Europe forteresse et ses zones d’ombres.

Une enquête de Lilya Melkonian, Antoine Husser et Baptiste Rimbert.

La rédaction de "Complément d'enquête" vous invite à commenter l'émission sur Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #ComplementDenquete.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Parmi nos sources

- Pour savoir quelles entreprises du secteur de la sécurité et de la défense sont financées par l’UE : plate-forme Open Security Data Europe (en anglais), "The Business of Building Walls", rapport (en anglais) de Mark Akkerman, novembre 2019. 

-  Le rapport spécial de la Cour des comptes européenne sur la gestion du budget de Frontex

- Pour comprendre les liens entre l’agence Frontex et les industriels, révélés par les ONG Coporate Europe et Fragdenstaat, voici les Frontex Files : le rapport complet du Corporate Europe Observatory (en anglais), les dossiers Frontex de la plate-forme FragDenStaat.  

- Pour connaître tous les projets de développement dans les pays tiers financés par l’UE, notamment au Maroc, et comprendre le pacte migratoire signé avec la Turquie : "L'UE renforce son appui au Maroc avec de nouveaux programmes dotés de 389 millions d'euros", communiqué de la Commission européenne; "Appels à propositions et appels d'offres" de la Commission européenne; "Protection civile et opérations d'aide humanitaire européennes" de la Commission européenne en Turquie. 

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.