L'article à lire pour comprendre l'affaire Alexandre Benalla

L'ancien "monsieur sécurité" d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, a été identifié par "Le Monde" en train de commettre des violences contre des manifestants, le 1er mai 2018. Depuis, l'opposition dénonce un "scandale d'Etat", accentué par le silence du président de la République. 

Alexandre Benalla aux côtés d\'Emmanuel Macron lors d\'une réunion de campagne, à Angers (Maine-et-Loire), le 28 février 2017. 
Alexandre Benalla aux côtés d'Emmanuel Macron lors d'une réunion de campagne, à Angers (Maine-et-Loire), le 28 février 2017.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

A chaque jour son rebondissement. Les cinq suspects de l'affaire Alexandre Benalla – l'ancien chargé de mission à l'Elysée,  un employé de La République en marche et trois hauts gradés de la police ont été mis en examen, dimanche 22 juillet. L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, mis en cause pour avoir frappé deux manifestants lors des manifestations du 1er-Mai, avait dans un premier temps été simplement suspendu quinze jours, avant d'être finalement licencié une fois l'affaire ébruitée dans la presse. Si vous n'avez pas suivi toutes les révélations, voici notre récapitulatif.

>> Affaire Benalla : suivez les premières auditions à l'Assemblée dans notre direct

Qui est Alexandre Benalla ?

L'homme de 26 ans était "chargé de mission" à l'Elysée, adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron, qu'il accompagnait aussi bien sur ses déplacements publics que lors d'escapades privées.

>> Du service d'ordre du PS au premier cercle de Macron : l'ascension express d'Alexandre Benalla, ce collaborateur de l'Elysée qui a frappé un manifestant

Sa carrière a débuté par un passage au service d'ordre du PS, où il a été garde du corps de Martine Aubry durant la campagne pour la primaire de la gauche de 2012. D'après les témoignages de ses collègues, le jeune homme ne fait alors pas particulièrement parler de lui. A l'issue du scrutin interne, il devient membre du service d'ordre de François Hollande, pour assurer sa protection lors de la campagne. La même année, il a ensuite brièvement officié comme chauffeur d'Arnaud Montebourg à Bercy, mais l'ancien ministre assure au Monde qu'il s'est séparé de lui "au bout d'une semaine" "Il avait provoqué un accident de voiture en ma présence et voulait prendre la fuite."

Martine Aubry en campagne pour la primaire socialiste, accompagnée d\'Alexandre Benalla (à sa gauche, à droite sur la photo), le 9 octobre 2011 à Paris.
Martine Aubry en campagne pour la primaire socialiste, accompagnée d'Alexandre Benalla (à sa gauche, à droite sur la photo), le 9 octobre 2011 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Entre 2012 et 2015, il intègre le groupe Velours, une société de sécurité et de management des risques fondée par d'anciens policiers. Réserviste à la gendarmerie, il poursuit en parallèle des études de droit et obtient un master 2, avant d'arriver auprès d'Emmanuel Macron fin 2016, au moment du lancement de sa campagne présidentielle. "Il travaillait surtout sur la sécurisation des meetings et il était assez pro, je n'ai jamais été témoin d'un souci particulier", confie un membre de la campagne à franceinfo.

Comme le montrent plusieurs clichés réunis par franceinfo, l'homme s'est révélé rapidement omniprésent aux côtés du candidat. On le voit ici maintenir la foule à distance lorsqu'Emmanuel Macron s'était rendu à l'usine Whirlpool d'Amiens (Somme), lors de l'entre-deux-tours. Il l'a ensuite suivi à l'Elysée.

Le 26 avril 2017, à l\'usine Whirlpool d\'Amiens (Somme) menacée de fermeture, Emmanuel Macron est accueilli par des huées et des chants au son de \"Marine, présidente !\". A ses côtés, Alexandre Benalla est là pour assurer sa sécurité. 
Le 26 avril 2017, à l'usine Whirlpool d'Amiens (Somme) menacée de fermeture, Emmanuel Macron est accueilli par des huées et des chants au son de "Marine, présidente !". A ses côtés, Alexandre Benalla est là pour assurer sa sécurité.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

Quel est le point de départ de l’affaire ?

Mercredi 18 juillet, Le Monde publie un article accompagné d'une vidéo montrant le collaborateur d'Emmanuel Macron en train de frapper un jeune homme à terre, en marge des cortèges du 1er-Mai. Entouré de plusieurs CRS, il le traîne au sol et le frappe à plusieurs reprises. La scène, filmée par un militant de La France insoumise, se déroule sur la touristique place de la Contrescarpe, dans le 5e arrondissement de Paris. On entend un témoin crier : "Regardez bien sa tête ! Il l’a tabassé par terre !" en désignant Alexandre Benalla.

Voir la vidéo

>> VIDEO. On a décrypté la vidéo de l’agression d’un manifestant par Alexandre Benalla

D'autres images, mises en avant sur Twitter le lendemain, jeudi 19 juillet, montrent le début de la scène. On voit Alexandre Benalla faire reculer une jeune femme contre un mur avant de la forcer à s'asseoir, quelques secondes avant de s'en prendre au manifestant.

Que faisait-il aux manifestations du 1er-Mai ?

Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, a expliqué au Monde avoir reçu "deux jours" avant les rassemblements du 1er-Mai, une demande d'Alexandre Benalla pour obtenir l'autorisation "de participer à une intervention auprès de la préfecture de police pour voir comment se gérait une grande manifestation". Celle-ci lui a été accordée, à condition que le chargé de mission n'y assiste qu'en tant que simple observateur.

Contactée par franceinfo, la préfecture de police confirme accueillir occasionnellement "des personnes extérieures à [ses] services lors d'opérations de maintien de l'ordre, pour de courtes durées". En général, "des journalistes, des chercheurs, ou des magistrats en formation""Il est, en revanche, assez rare que ce soit un membre de ministère ou de l’Elysée, même si ce n’est pas une hérésie", commente cependant Patrice Ribeiro, du syndicat de police Synergie-officiers, dans Le Monde.

>> Trois questions sur le rôle d'"observateur" occupé par Alexandre Benalla lors du 1er-Mai

Avait-il le droit d'intervenir ainsi ?

Alexandre Benalla est visiblement allé largement au-delà du rôle qui lui était dévolu. "Il est clair qu’il a outrepassé ses fonctions d’observateur", a déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe, jeudi 19 juillet, au Sénat. Interrogé par franceinfo, le secrétaire général de l’Unsa-police, Philippe Capon, confirme que ces fameux observateurs n'ont, en aucune manière, l'autorisation de participer directement aux opérations de maintien de l'ordre. "Il frappe violemment et utilise des moyens d’interventions qui sont normalement complètement à proscrire dans ce type de situation", pointe-t-il. 

Les observateurs ne sont qu'observateurs, c'est tout. Ils observent.la préfecture de police à franceinfo

Et si l'homme de 26 ans était autorisé à porter un casque à visière par mesure de sécurité, le brassard marqué police et le talkie-walkie, qu'on le voit arborer sur des vidéos tournées auparavant, ne sont pas prévus pour de simples observateurs. "Même si ça été autorisé, ça reste pour moi un délit. Se faire passer pour un policier, c’est un délit", a affirmé Denis Jacob, secrétaire général du syndicat de police Alternatives CFDT sur Europe 1.

Etait-ce la première fois qu'Alexandre Benalla faisait parler de lui ?

Ce proche d'Emmanuel Macron s'était déjà fait remarquer pour des méthodes parfois brutales comme le montre cette vidéo.

Le 16 novembre 2016 à Bobigny (Seine-Saint-Denis), Alexandre Benalla avait ainsi expulsé manu militari un militant communiste venu poser une question au candidat Macron, le jour de l'annonce de sa candidature. "Lorsqu'ils m'ont attrapé, j'ai crié car je ne comprenais pas pourquoi je n'étais pas autorisé à entrer dans la salle. Ils m'ont ensuite emmené dans un couloir et c'est là qu'ils m'ont frappé" avait confié le jeune homme à Buzzfeed News qui avait révélé la scène

Le 4 mars 2017, lors d'un meeting d'Emmanuel Macron à Caen (Calvados) Alexandre Benalla s'en était pris cette fois à un journaliste de la chaîne Public Sénat, qu'il avait ceinturé et poussé sur 50 mètres, tout en lui arrachant son accréditation presse. "Un précédent qui aurait dû alerter", affirme la chaîne.

>> VIDEO. Affaire Benalla : avant les violences du 1er-Mai, les dérapages en série du collaborateur d'Emmanuel Macron

A-t-il été sanctionné ?

Le 2 mai, au lendemain des faits, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, visionne les vidéos et reconnaît immédiatement Alexandre Benalla. Il le convoque et affirme avoir aussitôt prévenu le président de la République, en déplacement en Australie. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, est également mis au courant le jour même, comme l'a révélé France Inter.

Devant Patrick Strzoda, Alexandre Benalla reconnaît être l'homme sur les vidéos. Le directeur de cabinet rédige alors un courrier dans lequel il annonce sa suspension temporaire, du 4 au 19 mai. Bruno Roget-Petit, porte-parole de la présidence, a indiqué jeudi 19 juillet à la presse que l'homme avait été relevé de ses fonctions "en matière d'organisation de la sécurité des déplacements". Mais de récentes photos du défilé du 14-Juillet, le montrant aux côtés du président, semblent contredire cette version. 

Il y a encore quelques jours, Alexandre Benalla escortait le couple présidentiel, Emmanuel et Brigitte Macron, lors du défile militaire, place de la Concorde, le 14 juillet 2018. 
Il y a encore quelques jours, Alexandre Benalla escortait le couple présidentiel, Emmanuel et Brigitte Macron, lors du défile militaire, place de la Concorde, le 14 juillet 2018.  (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Vendredi 20 juillet, après la divulgation de l'affaire dans la presse, l'Elysée annonce finalement engagé une "procédure de licenciement" à son encontre. "Il a été porté à la connaissance de la présidence de la République des faits nouveaux, qui sont constitutifs d'une faute commise, et qui font l'objet d'une procédure judiciaire", indique le Palais. Ce jour-là, Alexandre Benalla est placé en garde à vue.

Il a été mis en examen dimanche pour "violences en réunion", "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique", "port public et sans droit d'insignes réglementés", "recel de détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "recel de violation du secret professionnel".

>> Pourquoi l'affaire Alexandre Benalla est explosive pour Emmanuel Macron et le gouvernement

Qui sont les autres personnnes citées dans cette affaire ? 

Un autre proche du pouvoir est concerné. Vincent Crase, gendarme réserviste, apparaît lui aussi sur les images filmées le 1er mai dernier, à Paris. Il a été placé en garde à vue, vendredi, pour "violences en réunion par personne chargée d'une mission de service public" et "usurpation de fonctions". Employé de La République en marche, il a été mis à pied pendant 15 jours, avec suspension de salaire. "Il a été mis également fin à toute collaboration entre lui et la présidence de la République", avait indiqué le porte-parole de l’Elysée, jeudi.

Outre l'accusation de "violences en réunion", Vincent Crase a été mis en examen pour "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique" et "port prohibé d'une arme de catégorie B".

Trois fonctionnaires de policiers ont également été placés en garde à vue samedi 21 juillet. Ces gradés – un commissaire, un commandant et un contrôleur général commandant –  sont soupçonnés d'avoir copié des extraits d'images de caméras de vidéosurveillance, qui appartiennent à la préfecture de police de Paris, et de les avoir transmises à Alexandre Benalla. Ils ont été suspendus à titre conservatoire vendredi et le ministre de l'Intérieur a "condamné lourdement" leurs agissements. 

Ils ont été mis en examen pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "violation du secret professionnel".

Que va-t-il se passer à présent ? 

Tous mis en examen dimanche, les cinq principaux protagonistes de l'affaire ont été placés sous contrôle judiciaire. Celui-ci leur interdit d'exercer une fonction publique ou une mission de service public, de détenir une arme et d'entrer en contact les uns avec les autres. L'enquête a été confiée à un juge d'instruction.

En parallèle, l'Assemblée nationale a également lancé une commission d'enquête, réclamée par la quasi-totalité des parlementaires de l'opposition. Aussitôt révélée, l'affaire a déclenché de vives réactions politiques, à l'image de Jean-Luc Mélenchon qui la compare au "Watergate", et bloquant de fait l'examen du projet de révision constitutionnelle, suspendu dimanche. La commission des lois veut notamment tirer au clair "la nature et le cadre institutionnel de la mission qu'il assumait au nom de l'Etat en collaboration avec les forces de sécurité" le 1er mai, écrit dans un communiqué la commission présidée par Philippe Bas (LR).

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, sera entendu lundi, à 10 heures, par cette commission, avant l'audition, à 14 heures, du préfet de police de Paris, Michel Delpuech.

J'ai eu la flemme de tout lire, vous me faites un résumé ?

Mercredi 18 juillet, Le Monde a révélé l'identité d'un homme filmé en train de frapper un manifestant, dans le quartier latin, à Paris, en marge des manifestations du 1er-Mai. Il s'agit d'Alexandre Benalla, un proche collaborateur d'Emmanuel Macron depuis sa campagne, chargé d'assurer sa sécurité. Sur cette vidéo, et sur les autres mises en lignes depuis, l'homme, censé n'être qu'un simple "observateur", porte un badge marqué "police" et dispose d'un talkie-wakie.

L'affaire a vivement fait réagir au sein de l'opposition, qui dénonce notamment la réaction de l'Elysée, jugée trop légère : Alexandre Benalla avait en effet simplement écopé de 15 jours de suspension après les faits. Sous pression, l'Elysée a finalement annoncé vendredi son licenciement. Au total, cinq personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire dans cet affaire : l'ancien chargé de mission ; Vincent Crase, un gendarme réserviste employé de LREM, également présent le 1er-Mai ; et trois autres fonctionnaires de police, soupçonnés d'avoir transmis des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla.

Emmanuel Macron a pour l'instant refusé de s'exprimer sur le sujet. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, sera auditionné lundi matin par la commission des Lois de l'Assemblée nationale. Le gouvernement a suspendu l'examen au Palais Bourbon du projet de révision constitutionnelle, bloqué de fait depuis la révélation de l'affaire.