DIRECT. Affaire Benalla : Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, dénonce un "tribunal politique"

Le chef de file de La France insoumise estime que "Macron sait tout" de l'affaire Benalla. "Un coup politique", répond Benjamin Griveaux, qui dénonce un "tribunal politique" et estime que les institutions fonctionnent bien.

Emmanuel Macron, accompagné d\'Alexandre Benalla, lors d\'un dîner avec le Conseil français du culte musulman, à la fin du ramadan, le 20 juin 2017.
Emmanuel Macron, accompagné d'Alexandre Benalla, lors d'un dîner avec le Conseil français du culte musulman, à la fin du ramadan, le 20 juin 2017. (BENJAMIN CREMEL / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Après le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, interrogé sur l'affaire Alexandre Benalla pendant 2h30, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a été auditionné par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Alain Gibelin, directeur de l'ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris, doit être auditionné, lundi soir à 21 heures. Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, dénonce pour sa part un "tribunal politique" sur LCI.

Gérard Collomb auditionné pendant 2h30. Lundi matin, le ministre de l'Intérieur a répondu, dans une ambiance agitée, aux questions des parlementaires. Il a expliqué avoir été informé des agissements d'Alexandre Benalla dès le 2 mai, mais il considère qu'il n'avait pas à saisir le procureur ou l'IGPN. Gérard Collomb doit encore être auditionné au Sénat, mardi.

>> Ce qu'il faut retenir de l'audition de Gérard Collomb

Michel Delpuech dénonce un "copinage malsain"Alors que sa position a été très fragilisée par Gérard Collomb, le haut fonctionnaire a répondu pendant deux heures et demie aux questions des députés, assurant qu'il ne "savai[t] rien" de la présence d'Alexandre Benalla aux côtés des forces de l'ordre lors des manifestations du 1er-Mai à Paris. Il a dénoncé "des dérives personnelles condamnables sur fond de copinage malsain".

>> Ce qu'il faut retenir de l'audition du préfet de police de Paris

Les avocats d'Alexandre Benalla justifient son intervention. Les avocats du collaborateur d'Emmanuel Macron défendent une "initiative personnelle" de leur client, pour "prêter main forte" aux policiers. Ils estiment que l'affaire est destinée à "porter atteinte à la présidence de la République dans des conditions qui défient l'entendement".

 Mélenchon et Hamon demande l'audition du chef de l'Etat. Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ont demandé que le président de la République soit à son tour convoqué par cette commission. "#Macron sait tout. Il doit être auditionné", a tweeté le chef de file des députés "insoumis", tandis que l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon a publié une vidéo où il demande que soit convoqué Emmanuel Macron, "parce que c'est bien autour de lui que tout se joue""Aucun article de la Constitution n’interdit" la convocation du chef de l'État par la commission d'enquête parlementaire, explique à franceinfo Dominique Rousseau, professeur de droit public à l’université Panthéon-Sorbonne.

L'Assemblée paralysée, la révision constitutionnelle reportée. L'affaire Benalla a plongé l'exécutif dans une crise politique inédite depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Au Palais-Bourbon, la fin de l'examen du projet de révision constitutionnelle a été reporté à la rentrée.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BENALLA

23h50 : @Hadrien : Cette suspension de 15 jours, évoquée publiquement par l'Elysée, a été signifiée le 3 mai à Alexandre Benalla dans une lettre du directeur de cabinet d'Emmanuel Macron. "Vous reprendrez vos fonctions le 19 mai 2018", est-il écrit, comme le rapporte Le Monde.

23h50 : De qui venait l'information selon laquelle M. Benalla aurait été mis à pied 15 jours après le 2 mai ?

23h36 : @anonyme : Je ne peux pas encore vous répondre concernant l'ensemble des auditions, mais sachez qu'il est prévu de diffuser en direct, à 17h45, l'audition de Gérard Collomb par la commission d'enquête du Sénat (et non de l'Assemblée nationale comme aujourd'hui).

23h36 : Les auditions de demain seront diffusées encore une fois sur FranceInfo ?

23h38 : Lors de son audition, interrogé par Marine Le Pen, Alain Gibelin a laissé entendre qu'Alexandre Benalla avait participé à des réunions préparatoires y compris durant la période de sa mise à pied par l'Elysée. La séquence est à retrouver ici.

23h18 : L'audition du responsable policier Alain Gibelin est désormais terminée. Voici le programme de la commission d'enquête pour demain, tel qu'il a été présenté par sa co-rapporteure.

22h57 : Face aux députés, le responsable de la préfecture de police de Paris Alain Gibelin affirme que, si Alexandre Benalla avait eu une autorisation préfectorale d'assister à la manifestation du 1er-Mai, il aurait lui-même "cadré la mission" avec lui et l'aurait "mis en garde de ne pas s'exposer et intervenir". Son intervention se poursuit ici.

22h38 : Alexandre Benalla avait-il besoin de "prêter main forte" aux policiers "apparemment dépassés", le 1er mai, comme son avocat l'affirme ? Lors des violences en question, "les forces de l'ordre ne sont à aucun moment dépassées mais elles sont sous pression", répond Alain Gibelin, directeur de l'ordre public à la préfecture de police de Paris, interrogé par un député.

22h27 : Une dernière lecture avant de filer au lit ? Voici nos suggestions de la journée :

• Notre enquête "grand format" sur la prise en charge des vieux détenus en prison

• Notre reportage sur l'audition peu consistante de Gérard Collomb à l'Assemblée nationale

• Et toujours, notre article récapitulatif sur l'affaire Benalla

22h08 : Alexandre Benalla a-t-il utilisé son appareil radio pour communiquer avec la police lors de la manifestation ? "A aucun moment, je n'ai entendu un message radio d'une origine douteuse, provenant d'une personne que nous ne connaissions pas", assure Alain Gibelin, le directeur de l'ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris. Son audition est à regarder ici.

21h40 : Alain Gibelin dit n'avoir "aucune idée de la provenance du brassard police et du poste radio" que portait Alexandre Benalla le 1er mai à Paris. Il ajoute que le casque de police a été remis directement au chargé de mission de l'Elysée par le responsable policier Laurent Simonin.

21h36 : Selon Alain Gibelin, de la préfecture de police de Paris, c'est le contrôleur général Laurent Simonin qui a "organisé" la venue d'Alexandre Benalla dans les rangs policiers le 1er mai. Laurent Simonin fait partie des policiers mis en examen dans ce dossier.

21h31 : Face aux députés, le directeur de l'ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris, Alain Gibelin, affirme que le préfet n'avait "pas donné son accord" à la présence d'Alexandre Benalla à la manifestation du 1er-Mai. Ce dernier était donc là "de manière indue".

21h12 : Face aux membres de la commission d'enquête, le patron de la DOPC rappelle qu'il est en charge de la sécurité de tous les déplacements d'Emmanuel Macron en région parisienne. "Alexandre Benalla était présent quasi systématiquement lors des réunions en amont et le jour des déplacements", dit-il, évoquant une situation qui lui paraissait "normale" pour un représentant du cabinet présidentiel.

21h06 : Et de trois. C'est parti pour l'audition du directeur de l'ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris, Alain Gibelin. Vous pouvez la suivre sur LCP et sur le site de l'Assemblée.

20h59 : La liste des convoqués s'allonge. Le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, sera entendu, demain après-midi, par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Il s'agit d'un acteur central du dossier, qui avait autorisé Alexandre Benalla à être observateur et qui lui avait ensuite signifié sa suspension de deux semaines.



(LUDOVIC MARIN / AFP)

20h52 : Deux journalistes relèvent qu'il n'y a pas que dans l'opposition que la parole présidentielle se fait attendre dans l'affaire Benalla.

20h40 : Sur LCI, Benjamin Griveaux évoque ses doutes "sur la déontologie de cette commission". "Quand vous avez, dès ce matin, avant même que les auditions ne se soient déroulées, le corapporteur, Guillaume Larrivé, qui explique qu'on à affaire à une milice parallèle, à une organisation souterraine, et que c'est une affaire d'Etat, moi, je m'interroge", dit-il.

20h39 : Benjamin Griveaux évoque le cas d'"un député LR qui s'est fait piéger par un organe de presse bien connu, satirique, Nordpresse, qui a tweeté que le général de Villiers avait confié les codes nucléaires à M. Benalla". Le Huff Post vous en dit plus.

20h38 : Sur LCI, le porte-parole du gouvernement apporte des précisions sur le logement de fonction "de 80 m²" d'Alexandre Benalla. "Il en a fait la demande en mars 2018", explique-t-il, soit avant la manifestation du 1er-Mai. Alors que L'Express évoque des travaux estimés à 180 000 euros, Benjamin Griveaux précise que ces travaux "ont été demandés en novembre 2017".

20h04 : "Voilà où en est aujourd'hui le tribunal politique qui est en train de se dérouler à l'Assemblée nationale."


Sur LCI, Benjamin Griveaux affirme que "beaucoup de gens écrivent n'importe quoi" sur l'affaire Benalla et que "beaucoup de députés répètent n'importe quoi".

20h03 : Le porte-parole du gouvernement compare la commission d'enquête de l'Assemblée nationale à un "tribunal politique".

18h52 : @Elisabeth 77 : C'est un débat qui n'est pas encore tranché. La présidente de la commission des Lois, qui dit avoir "consulté plusieurs constitutionnalistes", affirme qu'Emmanuel Macron "ne peut pas être entendu". Interrogé par franceinfo, le constitutionnaliste Dominique Rousseau prétend le contraire.

18h58 : Bonsoir. La commission parlementaire peut-elle convoquer le président de la République ?

18h54 : @anonyme : Ils ne sont pas vraiment "choisis". Les députés qui ont débuté les auditions aujourd'hui à l'Assemblée nationale étaient les membres de la commission des Lois, transformée pour l'occasion en commission d'enquête. Explications ici.

18h45 : Bonsoir. Comment sont choisis les députés qui ont auditionné le ministre de l'intérieur et le préfet ?

18h26 : @vérité : Pour l'heure, les deux personnes visées par Alexandre Benalla se sont constituées parties civiles, mais ne se sont pas encore exprimées. Selon leur avocat, elles "ne souhaitent pas être mêlées à l'affaire d'Etat". Elles ont demandé à être entendues ultérieurement par les enquêteurs.

18h26 : Pourquoi les supposées victimes ne se sont-elles pas exprimées avant aujourd'hui ?

18h15 : "J'ai l'impression que c'est 'courage, fuyons !', que chacun essaie de se dédouaner."

Sur franceinfo, après les deux premières auditions du jour, le député du Gard dit avoir "l'impression qu'il y a un pouvoir informel, une espèce de souveraineté qui est à côté de la République".

17h58 : L'heure est à la contre-attaque médiatique. À l'occasion du début des travaux de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur l'affaire Benalla, les soutiens d'Emmanuel Macron font le tour des plateaux télévisés. Quitte à se répéter, comme le montre cette vidéo réalisée par Hugo Cailloux.

(HUGO CAILLOUX / FRANCEINFO)

17h58 : Les deux jeunes filmés en train d'être frappés par Alexandre Benalla lors des manifestations du 1er-Mai à Paris se sont constitués parties civiles. Selon leur avocat, ils contestent avoir été des manifestants, mais reconnaissent avoir jeté des projectiles envers les CRS, un acte "irréfléchi".

17h15 : Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon demandent tous les deux qu'Emmanuel Macron soit à son tour convoqué par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. "C'est bien autour de lui, Emmanuel Macron qui a voulu concentrer tous les pouvoirs, que se joue la vérité sur cette affaire", a déclaré Benoît Hamon sur Twitter.

17h13 : Le Sénat a lui aussi formé une commission d'enquête sur l'affaire Benalla. Outre Gérard Collomb et Michel Delpuech, elle entendra Patrick Strzoda, directeur du cabinet d'Emmanuel Macron, et Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée.

17h05 : Les auditions s'enchaînent dans l'affaire Benalla. Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a été entendu cet après-midi par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Voici ce qu'il faut retenir de son intervention.

Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, arrive à l\'Assemblée nationale pour répondre aux questions des parlementaires sur l\'affaire Benalla, le 23 juillet 2018. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

17h06 : Bonjour @pascal55. Comme le montre cette vidéo obtenue par France 3, ce couple a effectivement lancé des projectiles sur les forces de l'ordre. Alexandre Benalla a été filmé quelques minutes plus tard en train de frapper ce jeune homme.

(FRANCE 3)

17h06 : A-t-on la preuve que les deux personnes dont une frappée par M. Benalla avaient lancé des projectiles sur les CRS ? Merci

17h03 : "Cette initiative personnelle de monsieur Benalla (...) sert manifestement aujourd'hui à porter atteinte à la présidence de la République dans des conditions qui défient l'entendement. Monsieur Benalla est un serviteur de l'Etat et n'a jamais failli dans cet engagement. Il collabore pleinement avec l'institution judiciaire et appelle chacun à garder sa raison."

17h01 : "Témoin des agissements de deux individus particulièrement virulents et de l'apparent dépassement des capacités opérationnelles des policiers sur place, monsieur Benalla a pris l'initiative de prêter main forte au dispositif en aidant à la maîtrise de ces personnes. Cette action vigoureuse, mais menée sans violence, n'a causé aucune blessure."

16h56 : Les avocats d'Alexandre Benalla s'expriment pour la première fois. Le chargé de mission est "abasourdi par l'utilisation médiatique et politique de son action du 1er mai 2018 sur deux fauteurs de trouble qui agressaient les policiers", selon un communiqué.

16h29 : L'audition du préfet de police de Paris par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale est terminée.