Rébellion de Wagner : la purge a-t-elle commencé au sein de l'état-major russe ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
La purge a-t-elle commencé en Russie ? Près d'une semaine après la rébellion avortée du groupe Wagner, un général proche d'Evguéni Prigojine a disparu. Il serait interrogé par les services spéciaux, selon un journaliste russe. D'autres membres de l'état-major russe manqueraient aussi à l’appel.
Rébellion de Wagner : la purge a-t-elle commencé au sein de l'état-major russe ? La purge a-t-elle commencé en Russie ? Près d'une semaine après la rébellion avortée du groupe Wagner, un général proche d'Evguéni Prigojine a disparu. Il serait interrogé par les services spéciaux, selon un journaliste russe. D'autres membres de l'état-major russe manqueraient aussi à l’appel. (France 2)
Article rédigé par France 2 - L. Lacroix
France Télévisions
France 2
La purge a-t-elle commencé en Russie ? Près d'une semaine après la rébellion avortée du groupe Wagner, un général proche d'Evguéni Prigojine a disparu. Il serait interrogé par les services spéciaux, selon un journaliste russe. D'autres membres de l'état-major russe manqueraient aussi à l’appel.

Dans la soirée du vendredi 23 juin, peu après le début du coup de force des combattants de Wagner, le général de l'armée russe Sergueï Sourovikine est apparu pour lancer un appel à l'arrêt de la rébellion. Une prise de position publique, comme pour prendre ses distances avec le chef de la milice Wagner, Evguéni Prigojine. Depuis des mois, Sergueï Sourovikine est pourtant présenté comme le général préféré du patron de Wagner. Mais cet homme paye-t-il aujourd'hui cette proximité, ou alors sa rivalité avec le ministre de la Défense russe ? Il semble avoir disparu.

Le bras-droit de Sourovikine aurait dû démissionner

Alexeï Venediktov, un journaliste russe, a parlé à sa famille. Selon lui, le général serait interrogé depuis plusieurs jours par les services spéciaux. Toujours selon ce journaliste, le bras-droit de Sourovikine aurait dû démissionner. Pas de nouvelles non plus de deux hommes : le vice-ministre de la Défense et un haut général. On les voit sur des images avec le chef de Wagner en plein milieu du coup de force, le 24 juin, sans que l'on sache vraiment s'ils étaient otages ou complices. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.