Rébellion de Wagner : que veut vraiment Evguéni Prigojine ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Rébellion de Wagner : que veut vraiment Evguéni Prigojine ?
Rébellion de Wagner : que veut vraiment Evguéni Prigojine ? Rébellion de Wagner : que veut vraiment Evguéni Prigojine ? (France 3)
Article rédigé par France 3 - O. Poncelet, M.Dreujou, E. Sizarols, A. Da Silva
France Télévisions
France 3
Pourquoi l’ancien protégé est-il devenu son pire ennemi, appelant ses hommes au soulèvement contre le commandement militaire russe ? Depuis des mois, Evguéni Prigojine critique fortement les choix dans la guerre en Ukraine. Aujourd’hui, il défie le chef du Kremlin. Est-il en capacité de renverser le pouvoir ?

La guerre en Ukraine a fait d'Evguéni Prigojine, le patron des mercenaires de Wagner, une star des réseaux sociaux. Il est une des rares personnalités publiques à pouvoir impunément critiquer certains généraux nommés par Vladimir Poutine. Sa cible préférée est Sergueï Choïgou, le ministre de la Défense russe. "La guerre était nécessaire à l’auto-promotion d’une bande de sal***, pour montrer à quel point leur armée est forte, pour que Choïgou soit nommé maréchal", a-t-il déclaré, vendredi 23 juin. 

Impopulaire en Russie 

Pour illustrer ses attaques contre l’état-major russe, il se met en scène régulièrement sur le front aux côtés de ses hommes, vivants ou morts. Ancien prisonnier de droit commun, Evgueni Prigojine n’a jamais fait partie de l’élite russe, et doit sa fortune aux restaurants qu’il a ouverts à Saint-Petersbourg (Russie), sa ville natale. Surnommé autrefois le "cuisinier de Poutine", qu’il servait au Kremlin, il apparaît aujourd’hui comme son rival. 

"Je ne pense pas qu’il puisse prétendre à une position à la tête de l’État russe, simplement parce qu’il n’est pas populaire en Russie", analyse toutefois le général Dominique Trinquant, spécialiste des questions internationales et ancien chef de mission militaire française à l’ONU, qui le dit considéré comme un "voyou", et un "mafieux" par les Russes. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.