Ces affaires dans lesquelles le nom de Nordahl Lelandais est mis en cause ou évoqué

Outre les disparitions de la petite Maëlys et du militaire Arthur Noyer en 2017, pour lesquelles il est mis en examen, cet ancien maître-chien pourrait être impliqué dans d'autres affaires irrésolues.

Les gendarmes mènent une perquisition au domicile de Nordahl Lelandais à Domessin (Savoie), le 18 décembre 2017.
Les gendarmes mènent une perquisition au domicile de Nordahl Lelandais à Domessin (Savoie), le 18 décembre 2017. (MAXPPP)

Mis à jour le
publié le

L'affaire Maëlys s'est muée en affaires Nordahl Lelandais. Le suspect numéro un dans l'enlèvement et le meurtre de cette fillette, disparue lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère) en août dernier, est désormais mis en examen dans une autre affaire : l'assassinat d'un militaire, Arthur Noyer, qui n'a plus donné signe de vie depuis la nuit du 11 au 12 avril. Si le corps de l'enfant n'a toujours pas été retrouvé, l'ADN du caporal a été identifié sur un crâne découvert début septembre par un promeneur à Montmélian (Savoie).

Au-delà de ces deux dossiers, le nom de cet ancien maître-chien de 34 ans est désormais cité dans plusieurs cold case. Rien d'étonnant à cela, selon la procureure d'Annecy, Véronique Denizot. "Dans l'hypothèse où Nordahl Lelandais est un criminel réitérant, tous les rapprochements possibles avec d'autres affaires irrésolues, dans un même secteur géographique, vont être faits", explique la magistrate à franceinfo. Voici, à ce stade, les affaires dans lesquelles Nordahl Lelandais est mis en cause et celles qui vont être réétudiées, à la recherche d'un éventuel lien avec l'ex-militaire.

Maëlys, 9 ans, disparue à Pont-de-Beauvoisin en août 2017

Les faits. Il est 2h45, selon le procureur de Grenoble, lorsque la petite Maëlys, 9 ans, se volatilise de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin (Savoie), où un mariage est célébré. Elle n'a jamais réapparu depuis la nuit du 26 au 27 août. Nordahl Lelandais figure parmi les invités et a été vu à plusieurs reprises en train de discuter avec la fillette, lui montrant des photos de ses chiens sur son portable.

Le lien avec Nordahl Lelandais. Il est mis en examen pour "enlèvement et séquestration" suivi de "meurtre". A "2h46 et 12 secondes", l'ancien militaire met son téléphone en "mode avion", selon le procureur de Grenoble. A 2h47, une voiture correspondant à son Audi A3 est filmée dans le centre-ville de Pont-de-Beauvoisin. D'après l'accusation, les caméras de surveillance permettent de distinguer "sur le siège passager avant (...) une silhouette frêle, de petite taille, vêtue d'une robe blanche""A 3h24 et 29 secondes, le véhicule est de nouveau filmé en sens inverse. Le conducteur est alors seul dans la voiture", poursuit le procureur.

Parmi les autres éléments à charge qui pèsent sur l'ex-militaire, la présence de l'ADN de l'enfant sur le tableau de bord de la voiture et le nettoyage méticuleux du véhicule le lendemain de la fête. Pourtant, Nordahl Lelandais nie en bloc. Son avocat, Alain Jakubowicz, conteste formellement la chronologie du procureur : "Nous savons avec une quasi-certitude qu'avant 3h30 personne ne s'inquiète de la disparition de Maëlys", plaide-t-il. Or "toute l'accusation du procureur repose sur le postulat selon lequel l'enfant a disparu à 2h45". Selon lui, la silhouette à l'avant de la voiture n'est pas celle d'un enfant mais d'une femme.

Arthur Noyer, 23 ans, disparu en avril 2017 à Chambéry  

Les faits. Ce jeune caporal est vu pour la dernière fois vers 4 heures du matin, dans la nuit du 11 au 12 avril, alors qu'il fait du stop à Chambéry (Savoie). Il tente de rejoindre sa caserne située à Barby, à quelques kilomètres, après avoir passé la soirée dans une discothèque d'un quartier animé de la ville. Pendant des mois, sa famille remue ciel et terre pour tenter de le retrouver. Des tests menés en décembre sur les "restes d'un crâne humain", découvert par un promeneur sur un chemin de randonnée début septembre à Montmélian, à 16 km de Chambéry, réduisent à néant leurs espoirs. Son ADN est identifié.

Le lien avec Nordahl Lelandais. Il est mis en examen pour assassinat. Le procureur de Chambéry, Thierry Dran, a pointé des "indices graves et concordants". Premier élément troublant : les téléphones de l'ancien maître-chien et du militaire ont "borné" au même endroit et au même moment entre 23h48 et 3h41. Puis, le portable d'Arthur Noyer s'est éteint en fin de nuit, approximativement vers 5 heures du matin. Selon Le Parisien, un témoin aurait vu Nordahl Lelandais dans la discothèque où a été aperçu le militaire pour la dernière fois. Une de ses ex-petites amies affirme également qu'il était un habitué de l'établissement. Autre point clé de l’instruction : "Les images de vidéosurveillance ont démontré que le véhicule de Lelandais [une Audi A3 noire] se trouvait à 2h58 à Chambéry, puis à 3h08 sur la commune de Saint-Baldoph", a précisé le procureur.

Le suspect conteste "l'ensemble des faits tout en admettant s'être trouvé à Chambéry et Saint-Baldoph" en même temps que le caporal la nuit de sa disparition. De nouvelles recherches vont être menées sur les lieux de la découverte des ossements. Sollicité par franceinfo, l'avocat Alain Jakubowicz n'a pas souhaité commenter cette nouvelle affaire.

Adrien Mourialmé, 24 ans, disparu en juillet 2017 au bord du lac d'Annecy

Les faits. Le 5 juillet, Adrien Mourialmé, un jeune cuisinier belge employé dans un hôtel-restaurant de Talloires-Montmin (Haute-Savoie), sur les bords du lac d’Annecy, ne se présente pas à son travail. Originaire de Namur, le jeune homme de 24 ans, ancien employé d'un candidat de l’émission "Top Chef", vient de décrocher ce travail au mois de juin, afin de mettre de l’argent de côté pour ouvrir sa propre affaire. Dans Le Parisien, sa mère Patricia explique que sa dernière conversation téléphonique avec son fils remonte au 4 juillet. Ce jour-là, cet amateur de randonnée assure qu’il a pris "des super photos de la région". Après, c'est le silence radio.

Adrien Mourialmé semble s’être volatilisé sans emporter ses affaires avec lui. "Il n’a pris que quelques vêtements, un petit sac à dos et une paire de baskets. Sa valise, ses chaussures de randonnée, sa mallette de cuisine sont restées dans sa chambre d’hôtel", explique sa mère dans le journal francilien. Par ailleurs, ni son téléphone, ni son compte bancaire n’ont connu de mouvements depuis. Le parquet d’Annecy ouvre une information judiciaire le 8 juillet. Depuis, la famille du cuisinier n’a eu aucun élément nouveau.

Le lien avec Nordahl Lelandais. La proximité géographique et temporelle avec les disparitions de la petite Maëlys et du militaire de 23 ans Arthur Noyer justifient des vérifications, a indiqué la procureure d'Annecy à franceinfo. Mais à ce stade, aucun lien n'est établi. 

Ahmed Hamadou, 45 ans, disparu en septembre 2012 au Fort de Tamié 

Les faits. Il est 5 heures du matin, dans la nuit du 7 au 8 septembre, en contrebas du Fort de Tamié, à une dizaine kilomètres d’Albertville (Savoie), quand Ahmed Hamadou est vu pour la dernière fois. Ce soir-là, les rythmes électro résonnent dans ces fortifications du XIXe au siècle au cœur des Alpes. C’est la troisième édition du festival Elements. Ahmed Hamadou est accompagné d’un autre homme, Yan Kersuzan.

"Ils faisaient des dérapages sur le parking et avaient un comportement agressif. La sécurité ne les a pas laissés rentrer sur le site et a même prévenu la gendarmerie locale. Ils ne sont jamais venus à la soirée", explique David de Sousa, l'organisateur de festival, au Dauphiné libéré. Après cette dispute et dans ces circonstances floues, Yan et Ahmed se séparent. Au petit matin, Yan retourne avec sa voiture chez un ami commun à Chambéry, rapporte Le Dauphiné libéré. Ahmed, lui, s’évanouit dans la nature.

Sa famille est très inquiète. Car un an plus tôt, Jean-Christophe Morin, un jeune homme de 23 ans, a disparu au même endroit durant la deuxième édition du festival. Les recherches ont dû être abandonnées. Les deux affaires, instruites par deux gendarmeries différentes, celles de Sallanches et d'Albertville, n'ont jamais été rapprochées, faute d'éléments concordants.

Le lien avec Nordahl Lelandais. Un cousin d’Ahmed Hamadou, Abdallah Hamadou, assure à France 3 que Nordahl et Ahmed "se connaissaient de vue". Les deux hommes habitaient à quelques kilomètres l’un de l’autre. Farida Hamadou, la sœur d'Ahmed, attend beaucoup des nouvelles vérifications entamées, selon France 2, par les gendarmes pour établir ou non un lien avec l'ancien maître-chien.

Jean-Christophe Morin, 23 ans, disparu en septembre 2011 au Fort de Tamié 

Les faits. Il est environ 3 heures du matin, dans la nuit du 9 au 10 septembre,  lorsqu'un dernier témoin aperçoit Jean-Christophe Morin en train de quitter la deuxième édition du festival Elements, au Fort de Tamié (Savoie). Ce jeune homme de 23 ans, qui habite Sallanches, était venu avec des amis. Selon France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, il est, semble-t-il, inquiet au moment de son départ. Trois jours plus tard, sa petite amie et sa grande sœur, sans nouvelles, signalent sa disparition. Les recherches menées quelques jours plus tard ne donnent rien. Les chiens ratissent la zone, en vain. Seul son sac à dos est retrouvé fin septembre près d'un container.

En octobre, les gendarmes survolent la zone en hélicoptère, puis poursuivent l'exploration avec l'aide d'une équipe cynophile. Des bénévoles participent aux recherches. En vain. Les investigations menées par la gendarmerie d'Albertville s'interrompent mais l'enquête reste ouverte à la brigade de Sallanches. "Dans les semaines qui ont suivi la disparition de Jean-Christophe Morin, tout a été mis en œuvre dans les moindres détails, jusqu'à récupérer sa trace ADN", précise un enquêteur au Dauphiné Libéré. "Nous espérions que les chasseurs trouveraient de nouveaux éléments, mais rien. Aujourd'hui, il reste inscrit au fichier des personnes recherchées", assure un autre gendarme au quotidien local.

En 2013, la famille de Jean-Christophe Morin a parcouru 600 km depuis l'Essonne pour revenir sur ses derniers pas. Sa sœur Adeline a remué "ciel et terre", distribué des tracts, collé des affiches, créé une page sur Facebook... Sans résultat.

Le lien avec Nordahl Lelandais. Selon France 2, les investigations vont être relancées au vu de la proximité géographique de cette disparition avec les lieux fréquentés par Nordahl Lelandais. "Je suis sidéré", réagit au téléphone le père de Jean-Christophe Morin, contacté par franceinfo. Daniel Morin n'avait pas encore été informé par les gendarmes, mercredi 20 décembre, de cet éventuel rapprochement. "S'ils rouvrent le dossier, c'est déjà un grand pas", estime-t-il.

D'autres affaires irrésolues, dont Estelle Mouzin et la tuerie de Chevaline 

Le travail de recoupement des enquêteurs avec d'autres cold cases ne devrait pas s'arrêter là. Une éventuelle implication de Nordahl Lelandais dans la tuerie de Chevaline (Haute-Savoie) est même envisagée par les enquêteurs. Quelques jours avant la disparition d'Ahmed Hamadou, la famille britannique Al-Hilli est en vacances sur les bords du lac d'Annecy. Le 5 septembre 2012, sur une route forestière, le père, la mère et la grand-mère sont retrouvés tués par balles dans leur voiture. Un cycliste français qui passait par là figure aussi parmi les victimes. Après cinq ans d'enquête, le meurtrier n'a toujours pas été identifié. La piste d'un ancien militaire avait été évoquée par les gendarmes à l'époque car l'arme du crime, un Luger P06 de calibre 7,65, est un pistolet qui a équipé l’armée suisse. 

"On tient un individu suspecté d'avoir enlevé et tué une fillette et un militaire dans le même le secteur. Ça ne m'étonne pas qu'on aille vérifier s'il n'est pas lié à Chevaline", souligne une source judiciaire auprès de franceinfo. "On va évidemment se pencher sur la question", confirme la procureure d'Annecy, Véronique Denizot. Et d'ajouter : "Mais il y a d'autres dossiers prioritaires, qui correspondent davantage à un même mode opératoire, avec une disparition la nuit." "S'il était derrière Chevaline, il serait vraiment multicartes", ajoute un autre magistrat, dubitatif. Après les deux disparitions inexpliquées au Fort de Tamié, les enquêteurs de la tuerie de Chevaline avaient déjà rapproché les trois affaires pour voir si, au-delà de la géographie proche et de la concordance des dates, rien d'autre ne pouvait les lier. Mais, comme le signale le journal local Le Messager, cette piste n'avait rien donné. 

Au-delà de la Savoie et de la Haute-Savoie, les gendarmes devraient passer au crible les dossiers non résolus dans le secteur de la Marne. Nordahl Lelandais a en effet été en poste à Suippes, au sein du 132e bataillon cynophile de l'armée de terre, entre 2002 et 2007. Les avocats du père d'Estelle Mouzin, disparue en janvier 2003 à Guermantes (Seine-et-Marne), à 170 km de là, indiquent à franceinfo avoir demandé aux juges, en septembre, des vérifications sur Nordahl Lelandais.

"Quand on a repris le parcours de Michel Fourniret, on a fait la France entière", commente Véronique Denizot. Une seule et même cellule d'enquête, mobilisant les gendarmes de différentes unités géographiques, pourrait donc être consacrée à Nordahl Lelandais, comme cela avait été fait pour Francis Heaulme, surnommé le "routard du crime".