Attaque mortelle d’un fourgon dans l’Eure : "C'est une question de temps" avant que les fugitifs ne soient arrêtés, estime un spécialiste du grand banditisme

Publié
Durée de la vidéo : 6 min
Attaque d'un fourgon pénitentiaire dans l'Eure : "C'est une question de temps" avant que les fugitifs ne soient arrêtés, estime un spécialiste du grand banditisme
Attaque d'un fourgon pénitentiaire dans l'Eure : "C'est une question de temps" avant que les fugitifs ne soient arrêtés, estime un spécialiste du grand banditisme Attaque d'un fourgon pénitentiaire dans l'Eure : "C'est une question de temps" avant que les fugitifs ne soient arrêtés, estime un spécialiste du grand banditisme (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A. Goutard, C. Gascard
France Télévisions
franceinfo
Jérôme Pierrat, spécialiste du grand banditisme, réagit, mercredi 15 mai dans le 11/13 info, à l'attaque d'un fourgon pénitentiaire survenue la veille dans l'Eure. Une attaque qui a provoqué la mort de deux agents pénitentiaires, et dont les auteurs sont toujours traqués.

Deux agents sont morts, mardi 14 mai, dans l'attaque d'un fourgon pénitentiaire qui a conduit à l'évasion du détenu Mohamed Amra. Les faits se sont déroulés au péage d'Incarville (Eure). Un commando a attaqué le fourgon au niveau de ce péage.

Revenant sur cette attaque dans le 11/13 info, mercredi, Jérôme Pierrat, spécialiste du grand banditisme, estime qu'il s'agit de "banditisme organisé", évoquant notamment les "armes de guerre" utilisées par le commando. "Sur le déroulement en lui-même, le grand banditisme essaie plutôt d'habitude de ne pas faire couler le sang", souligne-t-il.

Pour les fugitifs, il "va être difficile de passer inaperçu"

Alors que les fugitifs sont toujours traqués par les forces de l'ordre, Jérôme Pierrat estime que "c'est une question de temps" avant qu'ils ne soient arrêtés, "vu la mobilisation policière". "Une cavale, ça coûte très cher, ils sont cinq au moins à cavaler à minima. (...) Ça va être difficile de passer inaperçu", ajoute-t-il.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.