Cet article date de plus d'un an.

Violences après la mort de Nahel : les services publics sont la cible des émeutes

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Émeutes : les services publics sont la cible des violences
Article rédigé par France 2 - D.Schlienger, F.Prabonnaud, G.Marque, L.Krikorian, France 3 Régions, @RevelateursFTV, A.Canestraro
France Télévisions
France 2
Les violences urbaines ont continué dans la nuit de jeudi à vendredi, 48 heures après la mort de Nahel, tué par un tir policier à Nanterre (Hauts-de-Seine). Plusieurs bâtiments publics ont été pris pour cible par les émeutiers.

Face aux violences, des barbelés ont été installés pour protéger la mairie de L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne). Dans certaines villes, des maires ont dû défendre leurs bâtiments. Durant la troisième nuit d'émeutes, les symboles de l'État ont été les premières cibles : 34 mairies ont été attaquées. À Drancy (Seine-Saint-Denis), le portrait d'Emmanuel Macron a été emporté après une mise à sac. 

Plus de 200 bâtiments publics touchés 

La maison de quartier de quartier de Troyes (Aube) a été incendiée "Pourquoi ils ont fait ça, je ne comprends pas. Là c'est trop", déplore une ancienne employée désemparée et choquée. Les symboles de l'État sont visés, tournés en dérision. Certains ont réussi à s'emparer de tenues de police pour narguer les forces de l'ordre. Les locaux de police municipale de petites communes ont aussi été brûlés. À Marseille (Bouches-du-Rhône), deux policiers ont été gravement blessés après avoir été reconnus en dehors de leurs heures de service. Au total, plus de 200 bâtiments publics ont été touchés : des écoles, mais aussi un centre de dépôt RATP attaqué au cocktail molotov.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.