Cet article date de plus d'un an.

Violences après la mort de Nahel : une habitante sauve une école à Villeurbanne

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Violences après la mort de Nahel : lorsqu’une habitante sauve une école à Villeurbanne
Article rédigé par France 2 - E.Prigent, B.Parayre
France Télévisions
France 2
Une femme à Villeurbanne (Rhône) a tenté d’interpeller un groupe de jeunes qui s’apprêtait à s’attaquer à une école, jeudi 29 juin. Finalement, l’établissement a été dévalisé, mais tient encore debout.

À Villeurbanne (Rhône), vers 22h45, jeudi 29 juin, des feux se multiplient depuis le début de soirée quand une bande d’une vingtaine d’individus décide de s’attaquer à une école maternelle. Une femme seule intervient. "L’école s’il vous plaît. Pas l’école", crie-t-elle. Son courage impressionne et a permis de limiter les dégâts, bien qu’aujourd’hui l’établissement ait dû rester fermé le temps des relevés de police scientifique sous le regard de parents et d'enseignants choqués.

"Je n’arrive pas à comprendre toute cette haine"

"Je vois qu’avec des coups de pied, ils forcent une porte de l’école et là, mon sang n’a fait qu’un tour, pour moi on n'attaque pas une école", explique l'héroïne du soir. Elle dit avoir essayé de les raisonner, les avoir suppliés de ne rien faire à l’établissement, mais les émeutiers sont entrés, ont dévalisé l’école. Puis le ton monte encore d’un cran : "Je continuais de les supplier. Un jeune a tourné son mortier vers moi et je n’y croyais pas. Je ne pensais pas qu’il passerait à l’acte", se souvient-elle. Au moment où le coup était prêt à partir, un des compagnons du jeune homme donne un coup dans le mortier et l’artifice part en l’air. "Je n’arrive pas à comprendre toute cette haine que j’ai ressentie hier", dit la femme. L’habitante de Villeurbanne, accompagnée d’autres personnes, a finalement pu sauver l’école.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.