SNCF : "Là où les prix paraissent élevés, c’est pour ceux qui réservent tardivement", explique un juriste spécialisé des transports

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
4,5 millions de personnes ont réservé un trajet en train pour les fêtes, et les prix se sont envolés. Éclairage, vendredi 22 décembre dans le 19/20 info, par Arnaud Aymé, juriste spécialisé des transports à Sia Partners.
SNCF : "Là où les prix paraissent élevés, c’est pour ceux qui réservent tardivement", explique un juriste spécialisé des transports 4,5 millions de personnes ont réservé un trajet en train pour les fêtes, et les prix se sont envolés. Éclairage, vendredi 22 décembre dans le 19/20 info, par Arnaud Aymé, juriste spécialisé des transports à Sia Partners. (France 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
franceinfo
4,5 millions de personnes ont réservé un trajet en train pour les fêtes, et les prix se sont envolés. Éclairage, vendredi 22 décembre dans le 19/20 info, par Arnaud Aymé, juriste spécialisé des transports à Sia Partners.

Comment s’explique la flambée des prix dans les trains ? "Le prix des billets de train dépend du niveau de remplissage de ces TGV au moment où on les réserve. Là, on est en train de parler de trains sur une période de pointe. Noël, comme février ou juillet-août sont les périodes les plus chargées pour la SNCF, donc c’est là où elle peut espérer gagner de l’argent. Là où les prix paraissent élevés, c’est pour ceux qui réservent tardivement", explique Arnaud Aymé, juriste spécialisé des transports à Sia Partners. 

L’offre et la demande 

Les prix élevés apparaissent "quand il y a des trains de pointe", et que ces derniers "sont déjà presque complets au moment de la réservation". Les augmentations sont-elles justifiées ? "Sur la grande vitesse, que ce soit chez SNCF, les autres transports ferroviaires ou dans le monde de l’aérien, c’est l’offre et la demande qui décident des prix", explique Arnaud Aymé, qui rappelle que "la SNCF tire ses profits uniquement de la vente des billets".  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.