SNCF : certains cheminots seront-ils obligés de travailler dans le privé ?

Les cheminots devront travailler pour un opérateur privé lorsque celui-ci reprendra une ligne de la SNCF. Le gouvernement avait laissé penser que ce transfert se ferait sur la base du volontariat, mais la ministre des Transports Élisabeth Borne a expliqué mercredi 16 mai au Sénat que c'était impossible.

Voir la vidéo
France 2

Élisabeth Borne s'est exprimée au Sénat sur les transferts des salariés de la SNCF en cas de privatisation. En visite à Toulouse (Haute-Garonne) le lendemain, jeudi 17 mai, la ministre des Transports était donc attendue de pied ferme par les cheminots. Certains d'entre eux pourraient être obligés d'aller travailler dans le privé lors de l'ouverture à la concurrence.

"Il faut que le service public soit assuré"

"La priorité ce sera le volontariat, d'abord à l'échelle du contrat, et puis au-delà à l'échelle de la région. Effectivement, à la fin, il faut que le service public soit assuré et il pourrait y avoir des transferts obligatoires", a déclaré Élisabeth Borne. Cette obligation déplaît aux syndicats pour lesquels le salarié doit avoir un droit de refus. La réforme pourrait prévoir pour les cheminots de partir à la concurrence avec un certain nombre de leurs acquis. Ils pourraient aussi revenir à la SNCF si leur nouvelle entreprise faisait faillite.

Le JT
Les autres sujets du JT
Cette méthode à l’ancienne comporte plus de risques que le vote électronique qui a été organisé Chez Air France, sous contrôle d’huissier.
Cette méthode à l’ancienne comporte plus de risques que le vote électronique qui a été organisé Chez Air France, sous contrôle d’huissier. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)