Iran : les entreprises françaises sous pression

L'entreprise Total a annoncé ce jeudi 17 mai qu'elle renonçait à un important projet en Iran, suite à la menace de sanctions des États-Unis.

France 2

Total abandonne le plus grand gisement gazier naturel du monde. L'entreprise a annoncé abandonner son projet de plusieurs milliards d'euros en Iran suite au retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien. Elle déclare : "Total ne peut se permettre d'être exposée a des sanctions américaines". Comme elle, beaucoup d'entreprises françaises pourraient bientôt quitter l'Iran sous la menace de sanctions. C'est le cas de celles qui cumulent des activités sur le marché américain et iranien, mais aussi de celles qui utilisent simplement le dollar pour commercer avec l'Iran. Les banques qui gèrent en dollars les transactions des sociétés basées en Iran risquent elles aussi des sanctions. Elles pourraient donc d'appeler les entreprises à arrêter d'utiliser leur compte et à cesser leurs activités.

Éviter de lourdes amendes

Les banques veulent à tout prix éviter le sort de la BNP. En 2015, la justice américaine l'a condamnée à une amende de 6 milliards d'euros pour avoir travaillé en Iran, à Cuba et au Soudan, pays sous embargo américain. Le président Emmanuel Macron prévient qu'aider les entreprises françaises en Iran ne sera pas sa priorité. Les États-Unis ont laissé aux entreprises un délai de 180 jours pour cesser leurs activités en Iran.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège social de Total à La Défense (Puteaux).
Le siège social de Total à La Défense (Puteaux). (MARTIN BUREAU / AFP)