Inflation : les plus modestes sont particulièrement touchés

Publié
Inflation : les plus modestes sont particulièrement touchés
Article rédigé par
L. Lanson, A. Etienne, V. Gaglione, H. Strobel, F. Mazou, A. D'Abrigeon - France 2
France Télévisions

Le chèque inflation de 100 euros, versé en décembre ou en janvier dernier, devait permettre de compenser la hausse des prix. Pour certains, l’aide n’a pas joué son rôle car tous les Français ne consomment pas la même chose.

Dans une petite commune située dans l’Hérault, à la sortie du supermarché, un couple fait toujours le même constat. Avec 2 500 euros de revenus et les prix qui augmentent, il est difficile à la fin du mois de ne pas être dans le rouge. "Il va falloir qu’on se réorganise parce que je ne comprends pas pourquoi à la fin du mois il reste si peu", déclare la femme.

L’inflation varie selon les profils

L’inflation n’est pas la même pour tout le monde. Elle est plus forte en milieu rural qu’en ville, car la voiture est indispensable et les transports en commun sont rares. Selon les chiffres de l’Insee, pour une aide à domicile à temps partiel gagnant 1 100 euros nets par mois, son chauffage au fioul pèse 22% du budget, soit une inflation de 10,7%, deux fois plus que la moyenne en France. Pour les plus modestes, les aides de l’État ne suffisent pas toujours. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.