Salon de l'agriculture : "Il faut que le président entende les paysans", déclare le président de la FNSEA après l'annulation du débat

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Des agriculteurs circulent en tracteurs dans les rues de Paris, le 23 février 2024. (MIGUEL MEDINA / AFP)
Le chef de l'Etat avait proposé de débattre avec les représentants du monde agricole, des agro-industriels et des associations écologistes à l'ouverture de l'événement. Mais face aux désistements successifs, il a annoncé vendredi soir l'annulation de cette discussion.

Ce qu'il faut savoir

"Ce salon, c'est le nôtre." Après l'annulation du "grand débat" prévu samedi à l'ouverture du Salon de l'agriculture, le président de la FNSEA a pris la parole, vendredi 23 février, devant le Parc des expositions, à Paris, où va se tenir l'événement. "Il faut que le président entende ce que les paysans ont à lui dire", a déclaré Arnaud Rousseau à la foule massée porte de Versailles (15e arrondissement de la capitale). Le chef de l'Etat avait proposé jeudi un grand débat avec des syndicats agricoles, des agro-industriels et des associations écologistes, dont Les Soulèvements de la Terre. Mais l'invitation de cette dernière a provoqué un tollé. La FNSEA, les Jeunes Agriculteurs et le groupe E. Leclerc (qui devait représenter la grande distribution) avaient ainsi rejeté un peu plus tôt vendredi l'invitation du président à débattre. Ce qui a conduit l'Elysée à annuler purement et simplement ce rendez-vous. Ce direct est désormais terminée.  

Emmanuel Macron annule le débat. "Ils avaient voulu un 'débat' ouvert. Ils en demandent aujourd'hui l'annulation. Dont acte." Le président de la République a annoncé vendredi en début de soirée, dans un message publié sur X, que la discussion prévue avec des représentants du secteur agricole n'aurait finalement pas lieu. "J'inviterai [samedi] matin tous les syndicats agricoles avant l'ouverture officielle du Salon. Je serai là pour l'ouvrir et irai au contact de tous ceux qui veulent échanger comme je le fais chaque année", a toutefois précisé Emmanuel Macron.

La FNSEA avait dénoncé une "provocation". Le Conseil d'administration de la FNSEA avait acté vendredi après-midi qu'"aucun représentant" du syndicat ne participerait au débat proposé par l'Elysée. "Les conditions d'un dialogue plus apaisé ne sont pas réunies et la dignité des agriculteurs est bafouée par cette démarche qui porte le sceau de la provocation", avait lancé Arnaud Rousseau.

L'imbroglio autour de l'invitation des Soulèvements de la Terre. Dans un tweet publié vendredi midi, l'Elysée a assuré que Les Soulèvements de la Terre n'ont été "ni conviés ni contactés" pour participer au débat avec Emmanuel Macron. L'Elysée avait pourtant dans un premier temps annoncé aux journalistes que le collectif était convié, avant de retirer l'invitation devant la colère de la FNSEA. "Il s'agit d'une erreur faite lors de l'entretien avec la presse en amont de l'événement", affirme l'exécutif.

Des tracteurs dans les rues de la capitale. Une cinquantaine de tracteurs et camions de la Coordination rurale ont fait route vendredi vers les Invalides, dans le centre de la capitale. Après avoir lancé une opération escargot sur le boulevard périphérique, les agriculteurs ont voulu maintenir la pression sur le gouvernement et exprimer leur colère et leurs revendications, à la veille de l'ouverture du Salon de l'agriculture.

Le Live

L'actu en continu
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE Après un mouvement de colère des agriculteurs en janvier, le gouvernement a tenté d'apaiser la situation par une salve d'annonces, dont une "pause" sur le plan de réduction des pesticides Ecophyto. Gabriel Attal a ensuite proposé de remplacer l'outil de suivi français (le Nodu) par l'indicateur européen. "Comment s’y retrouver dans cette jungle d’acronymes ?", questionne un article de The Conversation, qui offre un éclairage scientifique pour comprendre les annonces du gouvernement, à la veille de l'ouverture du Salon de l'agriculture.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE Après l'annonce de l'annulation du "grand débat" d'Emmanuel Macron, le journal Libération parle d'"un cafouillage", sur sa une de demain.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE "Macron, sans solutions, pas de salon." Ils sont en colère, déçus, prêts à en découdre. A la porte de Versailles, devant le Salon de l'agriculture ce soir, le seul nom du président suffit à déclencher des huées dans la foule des agriculteurs de la FNSEA réunis.
    editor-image
    (Ludovic MARIN / AFP)
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE La sécurité autour du Salon de l'agriculture est renforcée cette année. Le plan Vigipirate est au niveau "risque attentat", mais aussi et surtout en lien avec la crise agricole. De très nombreux policiers seront notamment mobilisés demain, pour l'ouverture du salon.

    Salon de l'agriculture : la sécurité renforcée par rapport à l'an dernier

  • Avatar
    Thomas Uthayakumar
    directeur des programmes de la Fondation pour la nature et l’homme (FNH) Il y a 0 sec
    "Pas de débat demain. Malheureusement, on n'aura pas l'opportunité de débattre des vrais sujets sur la crise agricole."
    #AGRICULTURE C'est au tour de la FNH de réagir, auprès de franceinfo, à l'annulation par Emmanuel Macron du débat sur l'agriculture. La Fondation pour la nature et l’homme "avait plusieurs thématiques très importantes" à porter, "à savoir la promotion de l'agriculture biologique, l'enjeu de la rémunération qui est central, l'enjeu des mesures miroirs et de l'élevage durable qui auraient pu être abordées demain".
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE "Plutôt qu'une mise en scène grossière de 'grand débat', formule éculée par Emmanuel Macron lors des 'gilets jaunes' et autres épisodes, nous attendons des décisions politiques d'envergure pour répondre aux difficultés de l'ensemble des paysan-nes", écrit ce soir le syndicat de la Confédération paysanne, à la veille de l'ouverture du Salon de l'agriculture.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE La FNSEA répondra à l'"invitation républicaine" d'Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture, vient de déclarer Arnaud Rousseau sur BFMTV.
  • Avatar
    le point sur l'actu
    Il y a 0 sec
    Il est 20 heures, voici un nouveau résumé de l'actualité :
    #AGRICULTURE "Dont acte." Emmanuel Macron a annulé le grand débat qu'il avait imaginé, demain, dans l'enceinte du Salon de l'agriculture, mais a proposé aux syndicats agricoles de les voir avant l'ouverture officielle. Suivez notre direct.
    #CESAR La cérémonie des César ne va pas tarder à commencer. La soirée, lors de laquelle le film Anatomie d'une chute pourrait triompher, se déroule dans un contexte de libération de la parole autour des violences sexuelles dans le 7e art. Elle est à suivre par ici.
    #UKRAINE Les Etats-Unis ont annoncé aujourd'hui la plus importante salve de sanctions américaines depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie il y a deux ans, répondant au premier chef à la mort en détention la semaine dernière de l'opposant russe Alexeï Navalny. Le détail dans notre direct.
    #MILLER Gérard Miller, visé par une enquête pour des violences sexuelles, s'est dit "certain de n'avoir commis aucune infraction et prêt à répondre sur chacun des faits reprochés", dans une déclaration transmise à l'AFP.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE Emmanuel Macron a écrit ce soir : "Ils avaient voulu un 'débat' ouvert. Ils en demandent aujourd’hui l’annulation". "Nous ne sommes pas des girouettes", lui répond Arnaud Rousseau, président de la FNSEA. Il s'exprime en ce moment devant le Salon de l'agriculture à Paris. "Nous sommes prêts à continuer le dialogue pour que nous soyons respectés", a-t-il déclaré.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #AGRICULTURE La présidente de la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole français derrière l'alliance FNSEA/JA, a rapporté ce soir à l'AFP qu'elle acceptait de rencontrer le chef de l'Etat demain, avant l'ouverture du Salon de l'agriculture. Interrogée sur sa réponse à l'invitation adressée par Emmanuel Macron à "tous les syndicats agricoles avant l'ouverture officielle du salon", Véronique Le Floc'h a répondu positivement, ajoutant seulement : "S'il peut rentrer" dans l'enceinte de l'événement.