Mayotte : pourquoi la justice a donné raison aux habitants du bidonville qui devait être détruit ce matin

L'opération de destruction et d'expulsion du bidonville Talus 2 situé dans le quartier de Majicavo, dans la commune de Koungou, devait avoir lieu ce mardi matin à 5 heures, heure de Paris.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des femmes qui se tiennent devant els gendarmes, dans le quartier de Majicavo, dans la commune de Koungou, le 25 avril 2023. (CHAFION MADI / AFP)

Le tribunal judiciaire de Mamoudzou, à Mayotte, a suspendu l'opération de destruction et d'expulsion du bidonville Talus 2 situé dans le quartier de Majicavo, dans la commune de Koungou, qui devait avoir lieu mardi 25 avril au matin à 5 heures, heure de Paris. Dans la décision de justice, que franceinfo s'est procurée, la juge des référés considère que la destruction des habitations est "manifestement irrégulière" et qu'elle "met en péril la sécurité" des habitants du bidonville. Elle demande donc à la préfecture de mettre en place deux mesures, un relogement adapté pour chaque famille ainsi que la possibilité de stocker leurs biens dans un lieu protégé.

>> Crise à Mayotte : suivez le direct

Une décision de justice élargie à tout le bidonville

En février dernier, le tribunal administratif a donné raison à une vingtaine d'habitants de ce bidonville qui contestaient l'arrêté de destruction de leurs logements, publié le 2 décembre dernier. Le tribunal judiciaire saisi en urgence lundi a élargi cette décision à tout le bidonville, près d'une centaine de familles vivant dans des habitats précaires. "C'est un moment extraordinaire de justice", réagit maître Flor Tercero, représentante d'une des familles. Selon ses explications, les cases en taule étant imbriquées les unes aux autres, la justice a estimé qu'il n'était pas possible d'épargner les habitations des 20 familles en détruisant tous les autres logements attenants. Elle évoque une "victoire pour les habitants" qui "rappelle que même si on habite dans un bidonville on a des droits et une dignité".

Le préfet va regarder "les propositions de relogement qui ont été faites"

Le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, indique sur franceinfo avoir "pris acte de la décision judiciaire". Il a demandé aux avocats de l'Etat de faire appel de cette décision. Le préfet estime que "la mise en danger aujourd'hui" ne se trouve pas du côté de "l'opération menée par la préfecture et préparée depuis plusieurs mois" mais dans le fait "de laisser les gens vivre dans des conditions indignes". Toutefois, Thierry Suquet reconnaît que cette décision judiciaire l'oblige à regarder "les propositions de relogement qui ont été faites". Il soutient que sur ce bidonville "plus de 45 familles et 100 personnes ont été relogées", soit "plus de 50%" des personnes présentes sur place". Le préfet promet d'ailleurs que les services de l'État continueront "à reloger les gens". Il assure que "pour chaque personne, pour chaque famille" qui a "vocation à rester sur le territoire", une proposition de relogement est faite et il entend bien démontrer cela "en appel".

Un revers pour l'État

La préfecture parle d'un "malentendu" mais pour les opposants à l'opération Wuambushu, lancée pour endiguer la délinquance et l’immigration illégale sur l'île, il s'agit surtout d'un premier revers judiciaire. Lundi, Thierry Suquet, assurait devant la presse que la France "n'arrêtera pas" cette opération. La préfecture avait donné rendez-vous aux médias à 5 heures, heure de Paris pour assister à la destruction du bidonville Talus 2 qui devait être la première de cette opération d'envergure. Autre coup dur après la décision des Comores de ne pas laisser accoster sur son port un bateau de migrants comoriens expulsés de Mayotte. Ils ont dû retourner au centre de rétention administrative du 101e département français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.