Info franceinfo Mayotte : la justice suspend la destruction d'un bidonville prévue ce mardi matin à Majicavo

La destruction du bidonville "Talus 2" prévue mardi 25 avril est annulée par la justice. Elle devait faire suite au lancement de l'opération Wuambushu pour réduire l'immigration illégale à Mayotte.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Bidonville à Majicavo, une commune faisant partie de la ville de Koungou, le 24 avril 2023 (MORGAN FACHE / AFP)

Le tribunal judiciaire de Mamoudzou, à Mayotte, a suspendu lundi 24 avril l'opération de destruction du bidonville "Talus 2" du quartier de Majicavo, dans la commune de Koungou, prévue mardi matin à 5h heure de Paris, selon une décision à laquelle franceinfo a pu avoir accès. La justice avait été saisie en procédure de référé par une vingtaine d'habitants de ce bidonville, représentés par un collectif d'une dizaine d'avocats.

>>> Les choses s'accélèrent à Mayotte où le gouvernement entend raser plus d'un millier de "bangas", des cases en tôle situées à Majicavo. Les Français doivent être relogés et les étrangers, expulsés.

Dans cette décision, le juge des référés "ordonne au préfet de Mayotte de cesser toute opération d'évacuation et de démolition des habitats" à Majicavo, ajoutant que "la destruction des habitations (...) est manifestement irrégulière", "mettant en péril la sécurité" des habitants. Ainsi, cette opération de destruction du bidonville est suspendue jusqu'à nouvel ordre. L'État pourra déposer un recours à cette décision.

La France "n'arrêtera pas" l'opération "Wuambushu" lancée à Mayotte au nom de la lutte contre la délinquance et les bidonvilles, avait assuré dans l'après-midi, ce lundi, le préfet de Mayotte Thierry Suquet. "Les opérations (...) de lutte contre la délinquance et contre l'habitat insalubre, avec leurs conséquences sur l'immigration clandestine, on ne les arrêtera pas", a-t-il déclaré devant la presse, sur un parking de Tzoundzou, dans la banlieue de Mamoudzou.

Dans les bidonvilles menacés de destructions, habitants et représentants de l'Etat se préparent depuis plusieurs jours à cette première opération d'expulsion, prévue ce mardi à 5 heures du matin heure française. (03H00 GMT). Dans ce bidonville de Koungou, 85 familles étaient sous le coup d'une expulsion dans le quartier de "Talus 2", enchevêtrement de tôles bleues et grises, accroché à une colline, où plus d'une centaine de familles vivent dans des conditions précaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.