Opération "Wuambushu" à Mayotte : les Comores affirment avoir refusé l'accostage d'un bateau transportant des migrants expulsés par la France

"Aucun expulsé ne rentrera dans un port sous souveraineté comorienne", a déclaré à l'AFP le ministre comorien de l'Intérieur, Fakridine Mahamoud.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des gendarmes déployés à Dzaoudzi (Mayotte), le 10 février 2023. (BASTIEN DOUDAINE / HANS LUCAS / AFP)

Les autorités des Comores ont déclaré, lundi 24 avril, avoir refusé l'accostage d'un bateau transportant des migrants en provenance de Mayotte, où les autorités françaises ont annoncé une opération anti-migrants controversée. Le gouvernement comorien a en outre fait savoir qu'il avait suspendu le trafic de passagers dans le port où les personnes expulsées sont habituellement débarquées.

>> Opération "Wuambushu" à Mayotte : dans le plus grand bidonville de France, les Comoriens redoutent "la guerre civile"

"Tant que la partie française décidera de faire des choses de façon unilatérale, nous prendrons nos responsabilités. Aucun expulsé ne rentrera dans un port sous souveraineté comorienne", a déclaré à l'AFP le ministre comorien de l'Intérieur, Fakridine Mahamoud.

Les déclarations de Gérald Darmanin

Lundi matin, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait cependant démenti, sur France 2, les déclarations des Comores. "Hier, par exemple, un bateau est parti de Mayotte pour les Comores. Entre le discours politique et la réalité du terrain, nous avons un intérêt bien compris avec le gouvernement des Comores parce qu'eux-mêmes subissent une immigration qui vient de Madagascar et l'Afrique de Grands Lacs", avait expliqué le locataire de Beauvau. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.