Pyrénées-Atlantiques : un établissement scolaire catholique visé par 33 plaintes d'anciens élèves pour violences, agressions sexuelles ou viols

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Pyrénées-Atlantiques : un établissement scolaire catholique visé par 33 plaintes d'anciens élèves pour violences sexuelles
Pyrénées-Atlantiques : un établissement scolaire catholique visé par 33 plaintes d'anciens élèves pour violences sexuelles Pyrénées-Atlantiques : un établissement scolaire catholique visé par 33 plaintes d'anciens élèves pour violences sexuelles (France 2)
Article rédigé par France 2 - O.Longueval, D.Basier, D.Schlienger, T.Breton, E.Noël
France Télévisions
France 2
Ces plaintes ont été déposées par d'anciens élèves de l'établissement scolaire Notre-Dame-de-Bétharram, dans les Pyrénées-Atlantiques. Une enquête préliminaire est en cours. Les faits auraient eu lieu entre les années 1980 et 1990.

Combien de secrets les murs de l'établissement scolaire Notre-Dame-de-Bétharram renferment-ils ? L'établissement scolaire catholique situé dans les Pyrénées-Atlantiques, réputé prestigieux et strict, est visé par 33 plaintes. Elles portent sur des violences, agressions sexuelles et viols qui auraient été commis sur des mineurs entre les années 1980 et 1990. Pour la première fois, Alexandre se livre après 35 ans de silence. En 1987, il a 13 ans quand, lors d'une excursion, il aurait été victime d'une agression sexuelle commise par un surveillant laïc.

Un scandale qui pourrait aller beaucoup plus loin

Le mis en cause est resté en fonction pendant près de 40 ans. Il vient seulement d'être écarté de son poste, mercredi 14 février, selon l'établissement. Mais le scandale pourrait aller beaucoup plus loin. Alain Esquerre, un autre ancien élève, lui aussi victime, a recueilli la majorité des témoignages. Pour lui, un système était à l'œuvre. "Il y a des connivences entre les laïcs et les pères pour abuser des enfants", affirme le porte-parole des victimes présumées. Une enquête préliminaire est en cours pour soupçons de viols, agressions sexuelles et violences.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.