Guerre en Ukraine : rencontre avec les pilotes de chasse français qui forment des militaires ukrainiens

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Guerre en Ukraine : rencontre avec les pilotes de chasse français qui forment des militaires ukrainiens
Guerre en Ukraine : rencontre avec les pilotes de chasse français qui forment des militaires ukrainiens Guerre en Ukraine : rencontre avec les pilotes de chasse français qui forment des militaires ukrainiens (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Olliéric, N. Auer, A. Canestraro
France Télévisions
France 2
Le président Emmanuel Macron a évoqué l'envoi d'avions militaires français en Ukraine ainsi que la formation de pilotes. Depuis mars, la France forme déjà une dizaine de futurs pilotes de chasse ukrainiens. Les équipes de France Télévisions sont parties à leur rencontre.

Des militaires ukrainiens suivent une formation de pilote de chasse dans une base aérienne située dans le sud-ouest de la France. À 21 ans, un soldat ukrainien rencontré par les équipes de France Télévisions n'est arrivé que trois mois plus tôt. Il apprend à voler avec un instructeur français dans un avion identique à ceux de la Patrouille de France. Les 10 pilotes ukrainiens en formation ont reçu la consigne de ne pas s'exprimer. Leur apprentissage va durer 6 mois, au lieu des 18 mois habituels, car Kiev a besoin de nouveaux pilotes le plus vite possible.

Les fondamentaux du pilotage de chasse

"Ils sont préparés déjà mentalement. Ils sont jeunes, ils ont tous entre 21 et 23 ans, mais ce sont déjà des guerriers dans l'âme", décrit le colonel Yann Malard. Le programme, consacré à la patrouille, aux tirs et à l'interception de missiles, est adapté au conflit en Ukraine. L'objectif présenté est de leur permettre d'acquérir tous les fondamentaux du pilotage de chasse. Les jeunes pilotes ukrainiens vont poursuivre leur apprentissage sur ces avions français jusqu'au mois d'août, avant d'être entraînés sur des avions américains attendus par l'armée ukrainienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.