Législatives 2024 : quel bilan après une semaine de campagne ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Ces sept derniers jours auront été instructifs : jeu d'alliances et stratégies en tout genre, tous les partis s'organisent pour mettre toutes leurs chances de leur côté afin de remporter une majorité pour ces nouvelles élections législatives.
Législatives 2024 : quel bilan après une semaine de campagne ? Ces sept derniers jours auront été instructifs : jeu d'alliances et stratégies en tout genre, tous les partis s'organisent pour mettre toutes leurs chances de leur côté afin de remporter une majorité pour ces nouvelles élections législatives. (France 2)
Article rédigé par France 2 - C. Graziani, J. Neny, H. Babay, M. Khiat, M. Cazaux, A. Lenez, H. Dugué
France Télévisions
France 2
Ces sept derniers jours auront été instructifs : jeu d'alliances et stratégies en tout genre, tous les partis s'organisent pour mettre toutes les chances de leur côté afin de remporter une majorité pour ces nouvelles élections législatives.

Une semaine de rebondissements multiples et de tractations en coulisses s'est écoulée depuis la dissolution de l'Assemblée nationale, au soir du dimanche 9 juin. Tous les candidats se sont déclarés et l'on peut déjà en tirer de premiers enseignements. D'abord, des circonscriptions sans candidats de la majorité : sur 577 circonscriptions, les partis qui soutiennent le président ne présentent pas de candidat partout.

Le "barrage aux extrêmes" privilégié

Et ce, pour une raison tactique, explique Gabriel Attal. "Dans ces circonscriptions-là, qui sont quelques dizaines, on a fait le choix de ne pas envoyer de candidat pour garantir de faire barrage aux extrêmes". Ce sont exactement 65 circonscriptions qui sont concernées. Parmi les candidats de gauche comme de droite ainsi favorisés par la majorité, on retrouve le socialiste Jérôme Guedj, le LR Vincent Jeanbrun, ou encore Michèle Tabarot, pilier des Républicains. Quant aux ministres candidats, ils sont exactement 24 à se lancer pour ces législatives.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.