Pass sanitaire : comment les parcs d'attractions s'adaptent

Dès mercredi, le pass sanitaire sera obligatoire dans les lieux de loisirs de plus de 50 personnes. Franceinfo s'est rendu au parc d'attractions la Mer de Sable, dans l'Oise, qui se prépare à contrôler les visiteurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le pass sanitaire est obligatoire à partir du 21 juillet au parc d'attraction de la Mer de sable, à Ermenonville. (NOEMIE BONNIN / RADIO FRANCE)

C'est un nouvel outil contre l'épidémie de Covid-19 qui va devenir indispensable pour les Français qui veulent fréquenter un lieu de culture ou de loisirs de plus de 50 personnes. À partir de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire va être exigé pour entrer dans les cinémas, les zoos ou encore les parcs d'attractions. À Ermenonville (Oise), le personnel de la Mer de Sable, un parc d'attraction qui vous plonge dans l'ambiance Far West, s'organise pour respecter la nouvelle consigne sanitaire.

Moins d'une minute d'attente en plus par visiteur à l'entrée

Après la fouille des sacs, le passage par la billetterie, "on va mettre un barnum de quatre mètres par quatre, trois agents de sécurité avec les fameux téléphones qui scannent l'espace sanitaire", détaille Bruno Lemaire, le directeur sécurité du parc. Donc, on a calculé normalement qu'on devrait perdre entre 35 et 45 secondes maximum par visiteur."  Pour entrer dans le centre d'attractions, les adultes devront montrer la preuve d'une vaccination complète, présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures ou prouver qu'ils ont eu le Covid-19 il y a au moins 11 jours et moins de six mois.

>> Covid-19 : obtention, contrôles, sanctions... Six questions soulevées par l'extension du pass sanitaire

On va embaucher entre trois et quatre agents de sécurité en fonction de la fréquentation, analyse Antoine Lacarrière, directeur général de la Mer de Sable, qui estime que la mesure va coûter 25 000 euros de frais en plus juste pour la saison d'été. C'est bien sûr une année compliquée. [...] C'est juste des coûts qui vont réduire la quantité de gens qui vont venir, qui vont augmenter un peu la durée de leur attente. On est tout à fait pour le pass sanitaire. Ce qu'on n'a pas compris, c'est pourquoi le faire aussi rapidement et pourquoi le faire maintenant."

Jusqu'au 21 juillet, les clients de la Mer de sable doivent porter leur masque dès l'entrée du parc franchie, avant l'instauration du pass sanitaire mercredi 21 juillet. (NOEMIE BONNIN / RADIO FRANCE)

"On est tous vaccinés, donc il n'y aurait pas de souci pour le montrer, réagit une cliente. Tant qu'on ne force pas pour les enfants, ça ne me choque pas". "C'est normal si on veut retrouver une vie normale", complète un autre adulte dans la file d'attente de la Mer de sable.

À la veille de l'instauration de cette mesure, Olivier Véran annonce qu'il sera possible d'enlever le masque dans les lieux dont l'accès est conditionné par le pass sanitaire. "Sauf contrordre des préfets dans les départements en fonction de la situation épidémique", a-t-il poursuivi.

Beaucoup de public non vacciné avant la mise en place du pass sanitaire

Le parc d'attractions a accueilli ces derniers jours beaucoup de personnes qui refusent de se faire vacciner contre le Covid-19. "On vient avant la mise en place du pass sanitaire obligatoire parce qu'après, on ne sait pas si on se fera vacciner, confie Sophie. Il a été dit qu'on ne demanderait pas l'obligation du pass sanitaire pour ce genre d'activités. Et maintenant, ils nous le demandent ! Les paroles ne sont pas tenues en fait." Sophie est loin d'être la seule à avoir eu ce réflexe. La Mer de Sable a recensé un record de fréquentation dimanche 18 juillet. 

Quant aux employés du parc, ils devront aussi montrer un pass sanitaire pour travailler. Mais ils ont jusqu'à la fin du mois d'août pour s'organiser.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.