Covid-19 : le gouvernement tient-il les objectifs de vaccination qu'il se fixe ?

Depuis décembre, les objectifs annoncés ont rarement été atteints. Après un important retard à l'allumage, le gouvernement espère désormais qu'au moins 30 millions de personnes auront reçu une première dose "d'ici l'été".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Le Premier ministre, Jean Castex (au premier plan), et le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse, à Paris, le 4 mars 2021. (ALAIN JOCARD / AFP)

Si les débuts de la campagne de vaccination contre le Covid-19 ont été chaotiques en France, le gouvernement se montre confiant. L'exécutif a annoncé à nouveau une "accélération" lors d'une conférence de presse, jeudi 4 mars. L'ensemble de la France sera concernée par "une marche importante" dès ce week-end, avec "l'ouverture d'un maximum de centres de vaccination et la création de centres éphémères supplémentaires", a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran. Franceinfo revient sur l'évolution des objectifs fixés par le gouvernement, qui compte désormais atteindre au moins 30 millions de personnes ayant reçu une première dose de vaccin "d'ici l'été".

>> Retrouvez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Décembre 2020 : "15 millions de vaccinés d'ici le printemps"

Jean Castex dévoile le plan de vaccination le 3 décembre lors d'une conférence de presse. "Le déploiement de la vaccination se fera progressivement selon une logique simple : priorité sera donnée aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie", déclare le Premier ministre, détaillant trois grandes étapes.

L'objectif est alors de vacciner 15 millions de personnes d'ici la fin du mois de mars : 1 million de personnes lors d'une première phase qui se termine fin janvier, puis 14 millions de personnes "jusqu'au printemps", lors de la "phase 2". Les personnes prioritaires lors de cette étape sont les personnes qui présentent "un facteur de risque lié à l'âge ou à une pathologie chronique", ainsi que "certains professionnels de santé".

Sauf que la campagne de vaccination contre le Covid-19, qui débute le 27 décembre, connaît un important retard à l'allumage. Le 30 décembre, l'Allemagne a ainsi inoculé le vaccin à près de 80 000 personnes, contre... 138 dans l'Hexagone.

>> Vaccin contre le Covid-19 : les raisons d'un (gros) retard à l'allumage en France

Janvier 2021 : "15 millions de vaccinés d'ici fin juin"

L'ambition est nettement revue à la baisse quelques semaines plus tard. Olivier Véran, le ministre de la Santé, indique, le 21 janvier, viser 4 millions de personnes vaccinées fin février. Il ajoute vouloir atteindre "9 millions au mois de mars, 20 millions à la fin d'avril, 30 millions à la fin mai, 43 millions à la fin du mois de juin, 57 millions à la fin du moins de juillet et 70 millions, c'est-à-dire la totalité de la population française, d'ici à la fin août". Et peu importe qu'il n'y ait pas 70 millions d'habitants en France, mais 67...

Une semaine plus tard, le ministre de la Santé annonce des nouveaux chiffres, encore plus bas. Il indique viser "2,5 millions fin février". Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le confirme, précisant un nouvel objectif de 4 millions d'ici fin mars et 15 millions en juin.

Le retard est principalement causé par un problème d'approvisionnement des vaccins, selon le gouvernement. "Soit il y a des problèmes de production, dans les usines. Et sur un vaccin qui arrive aussi vite, cela peut arriver, fait valoir Gabriel Attal, mentionnant pêle-mêle des "problèmes de cuve", de "chaîne de production" ou de "mise en bouteille". "Soit il y a d'autres raisons, et c'est ce que l'on essaie d'éclaircir. Et dans ces conditions, nous, ce que l'on demande, c'est qu'il y ait de la transparence des laboratoires et que les contrats qui ont été signés soient honorés", assure le porte-parole de l'exécutif. "Beaucoup de Français qui souhaiteraient se faire vacciner attendent encore un rendez-vous", reconnaît Gabriel Attal. "Je veux leur dire que les doses continuent à arriver dans notre pays", insiste-t-il. 

Finalement, le ministère de la Santé annonce, le 31 janvier que 1 485 886 premières injections de vaccin ont été réalisées, alors que l'objectif d'un million était fixé. De plus, 45 468 personnes ont reçu une seconde dose.

Février 2021 : un vaccin pour "tous les Français adultes" "d'ici la fin de l'été"

Le président de la République prend la parole de façon inattendue, le 2 février. "D’ici à la fin de l’été, nous aurons proposé, en France, à tous les Français adultes qui le souhaitent, un vaccin", déclare Emmanuel Macron. "Tous les Français adultes" ? Cela concerne 52 millions de personnes.

Pour tenir cet objectif d'ici la fin août, franceinfo explique qu'il faudrait administrer un peu plus de 478 000 doses de vaccin par jour. Soit 11 fois plus que la tendance d'alors, sur la base de vaccins qui nécessitent deux doses.

Les objectifs de vaccination contre le Covid-19 "sont tenus et restent les mêmes que fixés pour les semaines à venir", affirme la direction générale de la santé (DGS), le 17 février. Avec les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna, ce sont "4,3 millions d’injections cumulées" qui seront effectuées à la fin février avec 2,6 millions de primo injections, indique-t-elle.

Le 28 février, la France enregistre 2 988 960 premières doses injectées, selon les chiffres officiels.

Mars 2021 : "30 millions de personnes vaccinées d'ici l'été"

L'objectif initial des 15 millions de vaccinés d'ici fin mars est déjà lointain et ne pourra pas être atteint. Mais l'objectif, revu à la baisse dès janvier, des 9 millions de personnes vaccinées pour la fin du mois de mars semble aussi hors de portée. D'après les chiffres officiels, le 4 mars, seules 3 245 517 personnes ont reçu une première injection en France. Parmi elles, 1,7 million de personnes ont reçu les deux doses.

Toutefois, le gouvernement se montre une nouvelle fois rassurant. Lors d'une conférence de presse, Jean Castex affirme que "nous allons accélérer significativement et dès ce week-end [du 6-7 mars] la vaccination dans ces 23 départements" en vigilance renforcée.

Les problèmes de logistique devraient être de l'histoire ancienne, assure Jean Castex. "Les livraisons de doses à la France vont s’accroître dans les semaines à venir, déclare-t-il. En janvier et février, nous avons reçu 7 millions de doses. En mars et en avril, nous devrions en recevoir 22 millions, c'est-à-dire trois fois plus." Le Premier ministre se félicite d'un recours élargi au vaccin AstraZeneca. Selon le chef du gouvernement, cela va "permettre d'accélérer très fortement la vaccination".

L'exécutif espère désormais atteindre au moins 10 millions de personnes ayant reçu une première dose "d'ici la mi-avril", 20 millions "d'ici mi-mai" et 30 millions "d'ici l'été". Mais ces objectifs, comme le rappelle Jean Castex, ne peuvent être atteints que "sous réserve que les laboratoires nous livrent selon les calendriers prévus".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.