"Même pas mal !" : Mauricette, 78 ans, première personne vaccinée en France contre le Covid-19

Cette femme de 78 ans a reçu la première dose de vaccin en France, dimanche à Sevran (Seine-Saint-Denis), avant huit autres personnes. Trois autres vaccinations ont ensuite eu lieu à Dijon (Côte-d'Or).

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Mauricette, 78 ans, a reçu la première dose de vaccin en France. (THOMAS SAMSON / POOL)

La première personne vaccinée contre le Covid-19 en France est une femme de 78 ans, Mauricette. Elle a reçu dimanche 27 décembre la première dose du vaccin de Pfizer-BioNTech à Sevran (Seine-Saint-Denis), à l'hôpital René-Muret, selon une journaliste de franceinfo présente sur place. "Même pas mal", a réagi la septuagénaire, souriante, juste après l'injection. "Je vais très bien. Des piqûres, j'en ai eu !" "Je suis très émue", a-t-elle ajouté quelques instants plus tard. Aux soignants présents autour d'elle qui lui rappelaient qu'elle est la première personne vaccinée en France, elle a répondu tout sourire : "Je suis la vedette, alors !"

Mauricette a ensuite été placée en observation pendant 15 minutes. C'est le protocole pour tous les patients qui vont être vaccinés, afin de s'assurer qu'il n'y ait pas de réactions allergiques.

Le docteur Jean-Jacques Monsuez, cardiologue à l'hôpital René-Muret, a été le deuxième vacciné de France. A 65 ans, il fait donc partie des soignants à risque. Il a exprimé une pensée pour tous ses collègues soignants qui se battent contre l'épidémie de Covid-19. "Si ce vaccin peut nous permettre de vaincre ce virus, tant mieux", a -t-il affirmé. Il pense qu'il faut "accompagner les patients vers cette vaccination, même si c'est leur choix et qu'il faut respecter leur décision". Au total, neuf personnes ont reçu une injection du vaccin à Sevran. 

La Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de métropole, a été durement frappé par l'épidémie de coronavirus, avec près de 1 500 morts en milieu hospitalier.

Trois personnes vaccinées à Dijon

Dimanche après-midi, trois patients de l'Ehpad de Champmaillot du centre hospitalier universitaire de Dijon, deuxième centre de lancement de la campagne de vaccination en France, ont à leur tour été vaccinés. Il s'agit de deux résidents du centre gériatrique, Alain, 92 ans, et Daniel, 80 ans, ainsi que le professeur en gériatrie Pierre Jouanny. Leur consentement avait été recueilli lors de consultation préalables samedi et dimanche matin.

Les vaccinations reprendront mardi et mercredi à l'Ehpad de Champmaillot. Une trentaine de résidents recevront alors le vaccin à ARN messager Comirnaty développé par l'Américain Pfizer et l'Allemand BioNTech. La région Bourgogne-Franche-Comté est actuellement la plus touchée de France avec un taux d'incidence de 250 cas pour 100.000 habitants, qui atteint même 321 cas pour 100 000 habitants chez les plus de 65 ans.

Un objectif d'un million de vaccinés d'ici fin février

Le président Emmanuel Macron a publié dimanche matin une série de messages sur le réseau social Twitter. "Après le feu vert des autorités de santé, la campagne de vaccination commence dès aujourd’hui, en France comme en Europe. Première étape de la campagne de vaccination : les personnes âgées qui vivent en collectivité ainsi que les professionnels de santé vulnérables. Passons le message à nos aïeuls, protégeons-les en priorité", a déclaré le chef de l'Etat dans une série de tweets.

Emmanuel Macron a rappelé que le vaccin était gratuit et non obligatoire. "Ayons confiance en nos chercheurs et médecins. Nous sommes le pays des Lumières et de Pasteur, la raison et la science doivent nous guider", a aussi tweeté le chef de l'Etat.

Le gouvernement s'est fixé l'objectif d'un million de vaccinés d'ici fin février parmi les plus âgés et les plus vulnérables, particuliers et soignants, dans les 7 000 Ehpad et autres établissements assimilés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.