Covid-19 : de la Chine au Mexique, quelles sont les campagnes de vaccination lancées dans le monde ?

Avant l'Europe, de nombreux pays à travers le monde ont déjà commencé à vacciner leur population contre le Covid-19. Tour d'horizon.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Un membre du personnel d'un aéroport reçoit une injection du vaccin contre le Covid-19 au centre de santé de Dizhang, dans la province du Shaanxi, au nord-ouest de la Chine, le 25 décembre 2020. (WEI XIANG / XINHUA / AFP)

Les premières aiguilles sont brandies sous les flashs des caméras. Dimanche 27 décembre, la France lance sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Moins d'une semaine après l'autorisation de mise sur le marché européen du vaccin de Pfizer-BioNTech, la France, l'Espagne, l'Italie, l'Autriche et le Portugal donnent le top départ de leurs campagnes respectives de vaccination contre le Covid-19. L'objectif est d'endiguer la progression de l'épidémie qui a fait à ce jour plus de 1,7 million de morts à travers le monde, selon le dernier bilan de l'université Johns Hopkins.

La veille, l'Allemagne, la Slovaquie et la Hongrie ont procédé aux premières injections du vaccin développé par le tandem de laboratoire germano-américain. Ces vaccinations tant attendues ne sont toutefois pas les premières à advenir sur le Vieux Continent : plus tôt dans la semaine, les publics âgés serbes ont commencé à être vaccinés, quelques semaines après les Britanniques. Le Royaume-Uni a lancé le 8 décembre sa campagne de vaccination à destination des soignants et des publics à risque avec le vaccin Pfizer-BioNTech et prévoit son élargissement au printemps. Dans le reste du monde, les campagnes de vaccination ont parfois commencé il y a plusieurs semaines. Franceinfo fait un tour d'horizon.

La Chine : premier pays à vacciner sa population

Le premier pays a avoir franchi le pas de la vaccination est la Chine. Dès juillet, le pays a autorisé l'injection de candidats vaccins encore en phase d'essai et non homologués pour les personnes jugées essentielles comme les diplomates, les gens qui voyagent pour leur travail et les directeurs d'école. Près d'un million de personnes auraient ainsi été vaccinées au premier décembre, rapporte Dominique André, correspondante de Radio France à Pékin.

Courant décembre, la stratégie vaccinale s'est précisée : samedi 19 décembre, la Commission nationale de la santé (CNS) a annoncé une politique de vaccination en deux temps. Le premier, cet hiver à destination des groupes les plus fragiles et exposées, et le second, au printemps, pour la population générale. D’après plusieurs médias, la Chine a prévu de vacciner 50 millions de personnes prioritaires d’ici au Nouvel An lunaire, le 12 février 2021, rapporte Le Monde.

Plusieurs vaccins sont développés par les laboratoires chinois. Bien que leurs résultats soient provisoires et toujours pas validés par les autorités de régulation du pays, la campagne de vaccination s'accélère tout comme l'expédition des doses à l'étranger. Des millions de doses de CoronaVac, candidat vaccin développé par la société chinoise Sinovac ont déjà été expédiées en Amérique latine. Sa technologie à vaccin inactivé, plus classique que celle à ARN messager, ses bons premiers résultats (91,25% d'efficacité, selon les données provisoires d'un essai en phase avancée en Turquie) et ses conditions classiques de conservation (dans un réfrigérateur standard) en font un vaccin de choix, souligne la BBC.

Par ailleurs, son prix, comme celui du candidat vaccin développé par la société Sinopharm serait jusqu'à 20 fois moins cher que celui des vaccins produits en Europe, car subventionné par Pékin. Le président chinois Xi Jinping a promis de faire des futurs vaccins produits en Chine un bien public mondial et entend bien, en les bradant, user politiquement de ces derniers, souligne France inter.

Aux Etats-Unis et au Canada : deux vaccins déjà autorisés

Aux Etats-Unis, pays comptant le plus lourd bilan de l'épidémie au monde, deux vaccins à ARN messager ont été autorisés début décembre par l'Agence américaine des médicaments (FDA) : le vaccin Pfizer-BioNTech, puis celui de la jeune firme américaine Moderna. Plusieurs millions de doses des vaccins ont été expédiées à travers le pays dès le lundi 14 décembre dans un temps record, grâce à l'opération gouvernementale "Warp Speed"Plus de 9,5 millions de doses de vaccins auraient été distribuées, mais seul un million d'Américains ont déjà reçu une dose, d'après le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). 

Des millions de doses de vaccin contre le Covid-19 resteraient donc inutilisées dans les hôpitaux américains, souligne Reuters (en anglais), ce qui remet en question l'objectif du gouvernement américain de vacciner 20 millions de personnes avant la fin de l'année.

Côté canadien : 168 000 doses de vaccin contre le Covid-19 seront reçues avant la fin 2020, a assuré le premier ministre Justin Trudeau sur TwitterLe plan de vaccination massif a été lancé le lundi 14 décembre à destination des personnes âgées et vulnérables, puis des travailleurs de la santé. 

Russie : un vaccin "maison" défendu par Poutine lui-même

La Russie a, pour sa part, lancé le 5 décembre sa campagne de vaccination au vaccin Spoutnik V, élaboré par le Centre national russe d'épidémiologie et de microbiologie Gamaleïa. Baptisé Spoutnik V, en référence au premier satellite soviétique lancé en 1957, le candidat vaccin a été proclamé "premier vaccin" contre le Covid-19 par Vladimir Poutine en août. Il a été depuis testé à l'été et l'automne par des dizaines de milliers de volontaires. "100 000 personnes ont déjà reçu le vaccin russe Spoutnik V", a déclaré début décembre le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko.

La première étape du plan de vaccination massif s'est déroulée dans 70 cliniques et était destinée aux travailleurs à risque, rapporte France 24 : médecins, enseignants et travailleurs sociaux et médicaux de moins de 60 ans étaient concernés. Les autorités médicales du pays ont approuvé samedi 26 décembre l'élargissement aux personnes âgées de plus de 60 ans, ont rapporté des agences de presse russes en citant le ministère de la Santé. Le vaccin russe suscite aussi l'intérêt d'autres pays et a été homologué en Biélorussie et en Argentine.

En Amérique latine : départ timide des campagnes de vaccination

Le 11 décembre, les autorités mexicaines sanitaires ont approuvé la mise sur le marché du vaccin de Pfizer-BioNTech. Depuis, les premières 3 000 doses du vaccin sont arrivées et les travailleurs de la santé mexicains ont commencé à en bénéficier. De même pour le Chili et le Costa Rica, qui ont commencé cette semaine leur campagne de vaccination. L'Argentine, quant à elle, a reçu 300 000 premières doses en provenance de Moscou et devrait commencer la campagne d'immunisation dès la semaine prochaine.  

Ailleurs dans le monde, les premières doses inoculées 

L’Arabie saoudite et le Bahreïn ont commencé leur campagne le 17 décembre, Israël le 19, le Qatar le 23, le Koweït le 24 et Oman doit la débuter ce dimanche. Tous ces pays ont opté dans un premier temps pour le vaccin développé par Pfizer-BioNTech. Bahreïn a également injecté des doses de Sinopharm. Selon des chiffres officiels, environ 210 000 doses ont été injectées en Israël et plus de 50 000 au Bahreïn.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.