"La mesure aurait été contre-productive" : un épidémiologiste se félicite que l'obligation d'isolement en cas de test positif ait été retoquée par le Conseil Constitutionnel

Selon le spécialiste de santé publique Martin Blachier, "les pays qui ont appliqué cette mesure n'ont pas du tout les mêmes normes sociales que les nôtres".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La façade du Conseil constitutionnel à Paris, le 20 décembre 2020. (MANUEL COHEN / AFP)

Le Conseil constitutionnel a largement validé le projet de loi étendant notamment le pass sanitaire aux cafés-restaurants, aux foires et salons professionnels, ainsi qu'aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux, sauf urgence. Les jeunes entre 12 et 17 ans en sont exemptés jusqu'au 30 septembre.

Les Sages estiment que ce pass sanitaire résulte d'une "conciliation équilibrée" entre libertés publiques et protection de la santé. Ils ont également validé l'obligation vaccinale pour les soignants et d'autres professions en contact avec des personnes à risque, comme les pompiers

En revanche, le Conseil a censuré deux mesures : la possibilité pour une entreprise de rompre un CDD ou un contrat d'intérim pour des salariés qui ne présenteraient pas le pass si leur activité le requiert, et l'obligation d'isolement pour les personnes testées positives au Covid pour une période de dix jours, jugeant que cette mesure n'est pas "nécessaire, adaptée" ou "proportionnée". L'obligation d'isolement était loin de faire consensus chez les épidémiologistes, qui la jugent pour la plupart inapplicable et contreproductive.

Une mesure "contre-productive"

Le spécialiste de santé publique Martin Blachier est ainsi ravi que le Conseil constitutionnel ait retoqué l'obligation de s'isoler en cas de test positif au coronavirus. D'après lui, cette mesure est "quelque chose d'impossible."' "Les pays qui l'ont appliqué n'ont pas du tout les mêmes normes sociales que les nôtres", analyse-t-il avant d'ajouter que selon lui, elle "aurait été contre-productive car cela aurait diminué le nombre de personnes se faisant tester."

Par ailleurs, le spécialiste en santé publique estime "que cela aurait ajouté de la tension à la tension", évoquant les nombreuses manifestations contre l'instauration du pass sanitaire.

"Je suis content qu'on se concentre sur le plus important : avoir une couverture vaccinale quasiment exhaustive."

Martin Blachier, épidémiologiste

à franceinfo

Dans un avis en septembre 2020, le Conseil scientifique n'avait d'ailleurs pas retenu l'obligation d'isolement pour les personnes testées positives. L'instance conseillait plutôt au gouvernement de multiplier les mesures d'accompagnement et d'incitation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.