Covid-19 : on fait le point sur les règles sanitaires encore en vigueur

Alors que la situation épidémique continue de s'améliorer, l'obligation du port du masque dans les transports prendra fin lundi 16 mai. Mais quelques autres restrictions subsistent.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une femme manipule son masque dans une rue de Dinan (Côtes-d'Armor), le 2 février 2022. (EPN / NEWSCOM / SIPA)

Les consignes s'assouplissent, mais pas partout. Si le masque ne sera plus obligatoire dans les transports à partir du lundi 16 mai, tout ne revient pas pour autant à la normale face à l'épidémie de Covid-19"Tous les quarts d’heure en France, un patient rentre en réanimation", a rappelé mercredi 11 mai le ministre de la Santé, Olivier Véran. Quant au nombre de nouveaux cas, la décrue se poursuit, mais l'on enregistre encore plus de 36 000 nouvelles contaminations journalières en France. Selon les autorités, cette situation justifie la conservation d'une poignée de restrictions sanitaires, que Franceinfo vous résume.

Il faut encore porter le masque et présenter un pass sanitaire dans les établissements de santé

Pas d'entrée possible dans les hôpitaux, cliniques ou laboratoires médicaux sans enfiler au préalable un masque qui couvre la bouche et le nez. Les autorités sanitaires rappellent que sont autorisés les masques FFP2/FFP3, les masques chirurgicaux et les masques de forme chirurgicale, à l’exclusion des masques en tissu.

Par ailleurs, le pass sanitaire reste obligatoire pour accéder aux hôpitaux, aux maisons de retraite, mais aussi pour entrer dans les établissements accueillant les adultes en situation de handicap. Pour rappel, le pass sanitaire peut être activé au moyen d'une certification de vaccination complète, d'un test négatif ou d'une preuve de rétablissement du Covid-19. Précision importante : cette obligation ne peut empêcher les patients d'avoir accès aux soins. 

L'isolement reste obligatoire pour les personnes testées positives

Olivier Véran l'a rappelé, un isolement "d'au moins sept jours" doit être respecté par toute personne testée positive au Covid-19. Les recommandations des autorités sanitaires ne changent pas non plus concernant les proches et l'entourage : "La personne contaminée doit, dans la mesure du possible, les informer de son statut de cas positif", rappelait le ministère de la Santé en mars, lors de la levée du pass vaccinal.

Toutefois, au bout de cinq jours, une personne contaminée peut rompre son isolement à deux conditions : un test PCR ou antigénique négatif ainsi que l'absence de signes cliniques d'infection depuis 48 heures. 

Certains professionnels doivent être vaccinés pour pouvoir travailler

L'obligation vaccinale reste en vigueur dans plusieurs professions en contact direct ou indirect avec des personnes à risque. C'est le cas pour les professionnels du secteur de la santé, mais aussi pour ceux qui exercent dans les mêmes locaux, les métiers du transport sanitaire, du secteur médico-social ou encore pour les sapeurs-pompiers, comme l'a listé le ministère de la Santé. Sans la preuve d'un schéma vaccinal complet, ces professionnels n'ont pas le droit de travailler et risquent une mise à pied avec suspension de salaire – une règle en place depuis le 15 septembre 2021.

Il faudra porter un masque pour certains voyages à l'étranger

Attention, la fin de l'obligation du port du masque dans les transports ne vaut pas pour tous les pays. De nombreux gouvernements, y compris en Europe, l'imposent encore à l'intérieur, dans les trains, bus et métros notamment. Mais si vous voyagez en Europe par avion, vous pourrez bientôt tomber le masque, car l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a annoncé mercredi que cette restriction ne concernerait plus les trajets aériens au sein de l'UE (communiqué en anglais) à partir du 16 mai.

Pour les voyages depuis et vers des pays hors de l'UE, l'AESA précise que les règles concernant le port du masque peuvent varier et seront communiquées par les compagnies aériennes. Par exemple, les passagers d'un vol vers la Thaïlande, où le gendarme de l'aviation impose le port du masque à bord, devront se conformer à cette règle. 

Alors que les scientifiques restent divisés concernant l'évolution de la pandémie dans les prochains mois, Olivier Véran a prévenu que les restrictions sanitaires pourraient bientôt évoluer. Notamment avec l'apparition de nouveaux variants, qui ferait se poser "la question d'un rappel vaccinal à l'automne prochain, si jamais une vague devait émerger", a-t-il déclaré mercredi à la sortie du Conseil des ministres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masques sanitaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.