"On est comme des lions en cage" : pour alerter sur leur sort, une quarantaine de théâtres français vont ouvrir pendant une heure

Alors que les théâtres français sont fermés depuis près de trois mois, une quarantaine d'entre eux annoncent une ouverture symbolique d'une heure, samedi 30 janvier. Ils veulent renouer avec le public et lancer un appel à l'aide au gouvernement.

Article rédigé par
édité par Cyrille Ardaud - Jérôme Jadot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les théâtres sont fermés depuis le deuxième confinement, décrété fin octobre. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

"On ne veut pas que l'art vivant devienne un carré VIP d'ici l'été !"  Laurent Rochut, directeur du théâtre la Factory à Avignon, appelle à un "acte de résistance". Samedi 30 janvier, devant une trentaine de personnes, il va permettre à la Compagnie des Lucioles de remonter sur les planches, malgré les restrictions. Comme lui, une quarantaine de lieux à travers la France prévoient de mener une opération "théâtres ouverts" pendant une heure, entre 15 heures et 16 heures. Il s'agit pour eux de renouer avec le public et de lancer un appel à l'aide du gouvernement. 

Les gestes barrières seront rigoureusement observés, assurent les organisateurs. Dans le théâtre de Laurent Rochut, les spectateurs seront espacés et masqués. "On craint qu'à terme, explique le gérant du Factory, seules les très grosses compagnies soutenues par les territoires pourront survivre, et que tous ceux qui font le maillage du théâtre populaire s'éteignent parce qu'économiquement, ils n'auront pas pu tenir."

Pas un acte de "défiance à la légalité"

De son côté, la comédienne Véronique Boutonnet sera au Bouffon Théâtre à Paris. Elle souhaite une réouverture pérenne "On en a marre, nous sommes fatigués et découragés de ne plus partager ces moments avec le public. On est comme des lions en cage. Je ne vois pas en quoi c'est plus essentiel d'aller chez H&M pour acheter un pantalon fabriqué par des enfants que d'aller écouter de la poésie."

En revanche, les comédiens auront les yeux rivés sur leur montre. Pas question de dépasser l'heure d'ouverture revendicative, présentée comme un "acte de résistance", mais pas "de défiance à la légalité".

Opération "théâtres ouverts" : reportage de Jérôme Jadot
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.