Covid-19 : pourquoi les bars et restaurants ne pourront pas rouvrir autour du 1er décembre

Dans son allocution du 24 novembre, Emmanuel Macron a laissé entendre que les restaurants pourront rouvrir le 20 janvier. Mais pour les bars, aucune date n'a été annoncée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un bar fermé à Paris, le 6 octobre 2020.
 (THOMAS COEX / AFP)

Fin du suspense pour les restaurateurs, pas pour les gérants de bar. Emmanuel Macron, lors de son allocution du mardi 24 novembre présentant les assouplissements du confinement, a annoncé une réouverture des restaurants à partir du 20 janvier, si la situation sanitaire le permet. En revanche, aucune date de réouverture n'a été donnée pour les bars, eux aussi fermés depuis fin octobre et le reconfinement décidé par l'exécutif pour enrayer la seconde vague de l'épidémie de Covid-19.

>> Suivez l'évolution de la crise liée au Covid-19 dans notre direct

Depuis le début du mois de novembre, les signaux du gouvernement étaient très négatifs en ce qui concerne cette réouverture. Jean Castex avait entériné leurs espoirs le 21 novembre. "Nous ne rouvrirons pas autour du 1er décembre les restaurants et les bars", avait d'ores et déjà prévenu le Premier ministre avant d'ajouter, "n’attendez pas ce matin de moi une date précise, parce que mon indicateur, ce sont les critères sanitaires". Fermés depuis le 30 octobre, ces établissements vont devoir encore s'armer de patience avant de rouvrir. Franceinfo liste quatre raisons pour lesquelles ils sont toujours fermés.

Le port du masque y est impossible à mettre en place

C'est une mesure barrière essentielle qui est devenue une habitude pour la majorité des Français. Mais, c'est certainement la mesure la plus difficile à mettre en œuvre dans les bars et restaurants lorsque l'on s'alimente et que l'on boit. "Nous avons mis des Plexiglas pour faire en sorte que les personnes puissent être en sécurité. Nous avons investi beaucoup d'argent sur les dispositions demandées pour rester ouverts et, maintenant, c'est un scandale puisqu'on ne peut pas ouvrir", déplore par exemple Massimo Mori, un restaurateur parisien interrogé par France 2.

La fermeture des bars et restaurants est pour autant une mesure cohérente selon Benjamin Davido, infectiologue à Garches (Hauts-de-Seine), interrogé par Le Parisien. "Cela semble, malheureusement, assez logique. C'est dans les endroits où l'on ne porte pas de masque que l'on se contamine le plus."

La distanciation physique n'est pas possible partout 

C'est un autre geste barrière prôné par le gouvernement qui s'applique mal dans ce type d'établissements, comme le relevait Martin Hirsch, le directeur général de l'Assitance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sur le plateau de franceinfo le 5 octobre dernier.

Parmi les endroits "où on est le plus souvent face à face" selon lui, "il y a plutôt les bars que les restaurants pour des raisons simples : il suffit d'aller dans un endroit où il y a un distributeur de bière, où les gens se précipitent, les uns face aux autres, à remplir leur verre." Il soulève également un autre aspect à prendre en compte : l'état d'ébriété possible des clients. "Au quatrième verre, si vous trouvez de la distanciation sociale, je vous offre un euro", a-t-il ironisé.

Le traçage des cas y est difficile

Dans des lieux clos, à forte densité, l'utilisation de l'application de traçage des cas contacts potentiels peut être très utile. C'est en tout cas ce que le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a avancé dans une interview au journal Le Monde publiée le 20 novembre. "Le Conseil scientifique recommande d’utiliser plus largement cette application (Tous Anti Covid). On peut aussi imaginer que certains lieux soient accessibles à condition de l’avoir activée. La réouverture, par exemple, d’endroits comme les restaurants, début 2021, pourrait être accompagnée par cet outil numérique" propose-t-il.

Mais il est pourtant impossible d'obliger les Français à télécharger cette application, a rappelé la CNIL dans son avis rendu dès le mois d'avril, alors que le gouvernement travaillait sur l'application Stop Covid. Un avis suivi par le gouvernement qui conseille cependant aux Français de télécharger cette application. Dès lors, il est aussi difficile d'identifier des clusters dans des cafés, bars ou restaurants.  

Des lieux de clusters potentiels

Une étude parue le 10 novembre dans la revue Nature (article en anglais) a ainsi montré que les restaurants, les salles de sport et les bars étaient les lieux où l'on se contamine le plus aux Etats-Unis.

En se basant sur les données des téléphones portables de 98 millions de personnes, les chercheurs ont déterminé que plus de 80% des cas positifs étaient liés à 10% des lieux seulement. Si chaque individu se limitait à dix contacts, "la transmission virale s'éteindrait doucement", assure à l'AFP Felix Wong, chercheur au Massachussets Institute of Technology (MIT), en se basant sur des modélisations qu'il a effectuées pour la revue.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.