Méditerranée : le fléau des filets de pêche abandonnés

Le plastique représente 60% des déchets retrouvés, mais des filets de pêche abandonnés gisent dans les bas-fonds de la Méditerranée. De véritables pièges pour les poissons.

FRANCE 3

Abandonnés ou perdus, des milliers de filets de pêche restent accrochés aux récifs. Un fléau pour les écosystèmes où ils agissent comme des étouffoirs du vivant surnommés les "filets fantômes". Un danger contre lequel lutte l’association Depth’s guards (les gardiens des profondeurs) où ses plongeurs s’aventurent dans les fonds sous-marins pour sauver ce qui peut l’être : "Il est pris dans la roche et a cassé pas mal de flores […]. Il faut l’enlever absolument", conclut après trente minutes de plongée Manuel Dietrich, président de l’association. Une tâche nécessitant dix personnes pour découper le filet en morceau.

Du plastique dans les poissons qu’on mange

"Il va asphyxier le milieu. Cela peut créer une zone qui manquera d’oxygène en dessous. Et puis cela créera des microparticules de plastiques", analyse Samuel Jeglot, biologiste marin membre de l’association "Nature Dive". Des microparticules à terme ingérées par les poissons que nous mangeons. Des filets abandonnés dont la provenance provient principalement de la pêche industrielle.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Un pêcheur qui ne pratique pas la pêche électrique démêle ses filets sur un chalutier au large de Dunkerque (Hauts-de-France).
Un pêcheur qui ne pratique pas la pêche électrique démêle ses filets sur un chalutier au large de Dunkerque (Hauts-de-France). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)