États-Unis : après les fusillades, l'émotion de la population

Pour Donald Trump, il n'y a pas de place pour la haine. Le président américain est pourtant accusé par ses adversaires démocrates d'alimenter la montée de l'intolérance.

FRANCE 3

Les Américains brandissent leur téléphone en guise de bougies pour une veillée en plein air. Ils étaient plusieurs milliers, dimanche 4 août, à venir se recueillir à proximité des lieux de l'attaque d'El Paso, au Texas. "Cela ne va pas changer notre façon de voir les choses. Cela va nous rendre plus forts et nous unir. Nous allons le montrer au monde entier", explique une habitante. "Je crois qu'El Paso a montré sa force. Même si c'est une épreuve, nous sommes une ville unie", précise un autre habitant.

"La haine n'a pas de place dans notre pays"

Toute la journée, les hommages se sont succédé devant le centre commercial où la fusillade s'est produite. Un journaliste a du mal à contenir ses larmes. L'émotion se mêle aussi à la colère, car le tireur de 21 ans est un suprémaciste blanc, supporter inconditionnel de Donald Trump. Accusé de nourrir les tensions dans le pays, le président américain a réagi en personne : "Nous aimons les gens. La haine n'a pas de place dans notre pays et nous allons nous en occuper." 20 personnes sont décédées dans la fusillade d'El Paso.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des Américains se reccueillent près du lieu de la fusillade d\'El Paso, dimanche 4 août. 
Des Américains se reccueillent près du lieu de la fusillade d'El Paso, dimanche 4 août.  (FRANCE 3)